Justine Prud'homme quitte la direction du Marché public de Shawinigan

Le nouveau Marché public de Shawinigan porte la... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le nouveau Marché public de Shawinigan porte la signature de Justine Prud'homme, qui cède la direction générale pour se consacrer à ses commerces et à sa famille.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'architecte derrière la spectaculaire transformation du Marché public de Shawinigan quitte son poste de directrice générale.

Souhaitant miser sur le développement de ses propres entreprises tout en demeurant mère à temps très plein de cinq enfants, Justine Prud'homme a décidé, après mûre réflexion, de céder sa place.

«Je me sens comme la maman qui va mener son bébé à la garderie pour la première fois !», image-t-elle. «Il faut que je m'en détache, mais je n'en suis pas là encore.»

Alain Richard, président de la Coopérative de solidarité du marché public de Shawinigan, concède que l'organisation perd un gros morceau.

«C'est plus qu'une pierre angulaire», confie-t-il. «Justine a été le précurseur de tout ça. C'est elle qui a mis au monde le nouveau marché.»

En 2010, seulement dix marchands étaient regroupés sur l'avenue Champlain. Les perspectives de développement n'apparaissaient pas sur l'écran radar jusqu'à ce que le conseil d'administration, présidé par Mme Prud'homme, entreprenne des démarches pour proposer à la Ville de Shawinigan d'acquérir l'immeuble et d'investir temps, argent et énergie pour faire de l'endroit un véritable carrefour d'échanges entre les producteurs et les consommateurs.

Le défi a été relevé et l'an dernier, l'endroit a subi une transformation qui n'est pas passée inaperçue. Le Marché public de Shawinigan regroupe maintenant 26 marchands, sans compter les saisonniers qui commencent à s'installer à l'extérieur pour la belle saison.

«Quand on fait un projet comme celui-là, on dirait qu'après, il n'y a plus rien d'impossible», réfléchit-elle. «J'avais deux buts : que ce marché soit le plus beau au Québec et qu'il soit le plus prospère. Il faut encore travailler pour le deuxième but ! Il reste beaucoup d'actions à mettre en place pour y arriver : l'animation, les activités...»

La femme d'affaires donnera plus d'ampleur à son service de traiteur, Chef Justine, au Marché public. Elle possède un autre commerce, Kokomi Sushi. Évidemment, elle pourra assurer une transition en douceur avec son successeur.

«J'ai été super bien entourée», confie-t-elle, en pensant plus particulièrement à son conseil d'administration et surtout, à Gilles Lafrenière, ex-commissaire à l'économie sociale au Centre local de développement de Shawinigan.

«Si j'avais été toute seule, je n'y serais jamais arrivée. Ce n'était pas évident que les gens voient ce que j'avais en tête et qu'ils y croient ! Ça prenait beaucoup de détermination et j'ai eu énormément de soutien.»

Surcharge

Mme Prud'homme vient de donner naissance à une fille et au retour de son court congé de maternité, elle accordait une vingtaine d'heures par semaine à la direction générale. Or, il s'agit d'un travail à temps plein, de sorte que les dossiers commençaient à s'accumuler.

D'un commun accord avec le conseil d'administration, elle a finalement convenu de laisser sa place, après un bon mois de réflexion.

La femme d'affaires reconnaît également que son statut de directrice générale et de locataire au Marché public pouvait entraîner des apparences de conflits d'intérêts. M. Richard confirme que certains marchands passaient des remarques à ce sujet.

«Quelques-uns ont soulevé ce dilemme, mais on fait affaire avec une professionnelle», appuie le président. «Elle aurait pu rester si elle avait vraiment voulu, mais elle se rendait compte qu'avec ses deux commerces, elle avait de moins en moins de temps pour la direction générale.»

Pour la succession, M. Richard recherche un candidat avec un bon sens de l'organisation, capable de travailler sous pression et de trouver des sources de financement. Il devra aussi gérer le quotidien du Marché public, qui accueille environ 4500 clients par semaine.

Normalement, la nouvelle ressource occupera ses fonctions vers la fin juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer