Le Buck est maintenant ouvert

Le copropriétaire du Buck, Martin Bilodeau, et son... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le copropriétaire du Buck, Martin Bilodeau, et son partenaire d'affaires, le chef Alexandre Labrie.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Après trois semaines intense de rodage, d'écoute, d'ajustement et d'amélioration continue, le nouveau restaurant Le Buck: Pub Gastronomique est officiellement ouvert à Trois-Rivières au 142, Saint-François-Xavier.

Cet établissement de restauration haut de gamme qui allie soigneusement, à l'image du Québec, le charme des cultures anglaise et française, était d'ailleurs l'hôte du lancement de la saison de Tourisme Mauricie.

Le côté «Pub» est assuré par la microbrasserie le Trou du diable. La carte des vins roule régulièrement, et varie selon les humeurs et découvertes du sommelier en chef, Simon Bergeron. Et le volet gastronomique est assuré par le Buck et ses chefs Alexandre Labrie et Samuel Lemieux.

Au Buck, on partage des entrées et des à-côtés: tataki de cerf, bonbon de saumon, magret de canard fumé, panaché de légumes de saison et du bacon laqué.

On y déguste des plats tels que le burger de cerf, la volaille épicée sur un couscous maison et le fish & chips à la Pitoune. Des plats végétariens tels que l'étagé de tomates confites avec fromage Douanier, la salade repas du maraîcher et une inspiration du moment sont proposées. Les macarons et autres mignardises, accompagnés d'un expresso, terminent le spectacle. Les produits sont de la région et les producteurs et éleveurs sont remerciés dans le menu.

La bâtisse de 1757 a soigneusement été retravaillée par divers artisans de la région, sous la supervision de Martin Bilodeau, copropriétaire et directeur général. Michel Rousseau, artisan récupérateur, a pris le soin de créer un bar unique, entièrement fait de matériaux nobles d'origine. Une table pour huit, assise sur une ancienne hélice de convoyeur, vole la vedette.

Par ailleurs, Fred Jourdain, artiste visuel pour le Trou du diable, a développé une toile originale, qui décrit une scène majestueuse: trois cerfs géants, émergeant de la forêt québécoise et un petit diable grimpant au dos d'un de ces derniers.

Finalement, l'identité visuelle du Buck a été développée par Olivier Charland, en collaboration avec François Royer Mireault, copropriétaire et responsable marketing/communications.

«Notre vision est simple: revisiter l'art de bien manger, de bien boire et d'être bien servi, ici, en Mauricie. Nous pensons à long terme, c'est pourquoi nous faisons des choix responsables, et ça paraît dans notre menu, notre espace et dans notre service. La qualité est toujours notre priorité. Notre désir de participer au dynamisme de l'industrie agroalimentaire du coin est fort et nous pousse à s'allier aux meilleurs éleveurs et cultivateurs de la région», concluent les propriétaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer