Un hiver à oublier pour Transat A.T.

Après un «hiver à oublier», le voyagiste Transat A.T. s'attend à un été plus... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Après un «hiver à oublier», le voyagiste Transat A.T. s'attend à un été plus difficile puisque ses deux principaux concurrents ont décidé d'offrir plus de sièges à destination de l'Europe.

Combinée aux attaques terroristes de l'an dernier sur le Vieux Continent, cette capacité supplémentaire de 15 pour cent a incité les transporteurs à réduire leurs prix pour remplir leurs avions, estime la direction de la société exploitant le transporteur Air Transat.

«Ça sera plus difficile cet été, a affirmé jeudi son président et chef de la direction, Jean-Marc Eustache, au cours d'une conférence téléphonique pour discuter des résultats du deuxième trimestre. Nous allons continuer à faire de l'argent, mais ça sera un peu moins.»

Par exemple, Air Canada et Westjet ont ajouté 200 000 sièges supplémentaires - soit une capacité supplémentaire de 20 pour cent - à destination du Royaume-Uni puisque les deux transporteurs commencent à desservir l'aéroport londonien de Gatwick.

De son côté, Transat A.T. - qui a connu le deuxième meilleur été de son histoire l'an dernier - a augmenté sa capacité de cinq pour cent vers Londres, a précisé M. Eustache aux analystes financiers. «Il y a une surcapacité et si vous regardez sur Internet, vous constaterez que les prix demeurent faibles même pendant la haute saison», a-t-il dit.

D'après l'application montréalaise Hopper, qui permet d'estimer le prix des billets, les tarifs internationaux affichent un recul de 16 pour cent comparativement à l'an dernier. Du côté des vols intérieurs, les prix sont en baisse d'environ cinq pour cent.

Transat A.T. affirme que ses prix de vente à destination de l'Europe ont fléchi de 6,3 pour cent comparativement à l'an dernier, alors que vers le Sud, ils ont grimpé de 1,8 pour cent.

Un accroissement de la concurrence, les craintes suscitées par le virus Zika ainsi qu'une menace de grève des pilotes d'Air Transat ont plombé les résultats de la saison hivernale de la société québécoise.

L'entreprise a plongé dans le rouge au deuxième trimestre, affichant une perte nette de 25 millions $, ou 68 cents par action, comparativement à un bénéfice net de 24,7 millions $, ou 64 cents par action, il y a un an.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer