MF2 Aero: l'art de gérer des projets

Le président de MF2 AERO, Frédéric Tremblay, a... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le président de MF2 AERO, Frédéric Tremblay, a fait visiter son usine de Trois-Rivières à ses invités.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Forcée de redéfinir ses orientations lors de la crise de 2008, l'entreprise MF2 AERO de Trois-Rivières a non seulement effectué un virage gagnant vers le secteur de l'aéronautique, mais sa nouvelle structure de gestion de projet fait figure de modèle, d'où la présence, mercredi, d'une quarantaine de manufacturiers québécois venus s'en inspirer.

Ceux-ci avaient répondu à l'invitation d'une association multisectorielle d'entreprises québécoises, STIQ, qui agit comme activateur de performance et générateur de maillage. Cette activité portes ouvertes était organisée en collaboration avec Innovation et Développement économique Trois-Rivières.

L'événement aura permis aux participants de découvrir comment l'entreprise trifluvienne est devenue un acteur accompli dans le secteur de l'aéronautique en passant d'une production de masse à une production de petites séries de pièces complexes.

D'ailleurs, ce leader dans le domaine de l'usinage à contrôle numérique est devenu le premier à accéder au prestigieux niveau d'excellence MACH 4 décerné par AÉRO Montréal dans la catégorie des entreprises de 125 employés et moins. Et il a su se doter d'une structure de gestion de projet qui puisse s'appliquer justement dans une PME de 28 employés.

«La réduction des temps de mise en course est un projet stratégique», a expliqué à ses invités le président Frédéric Tremblay, évoquant une diminution de 40 % en un an et demi et un coût moyen de fabrication d'une pièce qui est passé de 13 000 à 8000 dollars. Et il vise à ramener le tout sous la barre des 5000 dollars.

Lors de la période de questions, l'entrepreneur a révélé que l'usine peut faire «rouler de 50 à 150 pièces en même temps» et que 24 nouvelles pièces sont en développement en aéronautique, à la suite d'un «gros contrat» pour des Gulfstream 500, 550 et 600.

Déjà, MF2 AERO, dont le chiffre d'affaires est de 2,2 millions de dollars, fournit huit pièces au Boeing 787, un avion produit en dix exemplaires par mois.

À ses débuts en 2000, l'entreprise de la rue Girard faisait plutôt dans le pneumatique, fabriquant pas moins de 55 000 cloueuses de plancher de bois franc en 2007. Deux ans plus tard, ce chiffre avait baissé à 900, et ce, en raison de l'effondrement du marché des maisons unifamiliales aux États-Unis.

«On a dû se réinventer. En 2007, on avait reçu le prix de l'entreprise de l'année, mais c'est facile quand ça va bien. On aurait dû me le donner pour la restructuration», a indiqué celui qui aime bien parler de PME 4.0.

Voulant s'assurer d'avoir tous les outils pour les bonnes pratiques d'affaires, ce passionné d'acériculture a confié qu'il avait des projets stratégiques en phase avec la récente annonce d'une stratégie provinciale sur l'aérospatiale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer