Scierie de Rivière-aux-Rats: un retour au travail dans l'incertitude

Les travailleurs sont retournés au travail, lundi, à... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Les travailleurs sont retournés au travail, lundi, à la scierie de Rivière-aux-Rats. Ils pourraient être mis à pied dès le 15 août prochain.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Les employés de la scierie de Rivière-aux-Rats qui ont repris le chemin du travail en début de semaine ont été plutôt surpris de recevoir une lettre leur annonçant déjà leur licenciement temporaire dans une dizaine de semaines. Une lettre pour respecter les normes, selon l'employeur.

«Ça fait même pas une semaine que j'ai recommencé à travailler chez Resolu et j'ai déjà eu une lettre de mise à pied temporaire», dénonçait un travailleur qui a publié la lettre en entier sur Facebook.

Dans le message, on explique que l'entreprise prévoit cesser ses opérations aux alentours du 15 août pour le sciage et du 3 octobre pour le rabotage, et ce, pour une période indéterminée. «Plusieurs facteurs socioéconomiques nous obligent à prendre un temps d'arrêt. La réouverture sera possible lorsque le contexte sera rétabli puisqu'essentiel au redémarrage des opérations», peut-on lire.

La lettre n'a pas surpris le syndicat, même qu'on l'avait vu venir. Les employés avaient été avertis lors d'une assemblée. Toutefois, on espère que ce n'est qu'une mesure administrative.

«Ce n'est pas une surprise! Lorsqu'on a regardé les paramètres de réouverture avec l'employeur, on avait survolé ce point-là. Il nous avait dit que ce n'était pas exclu. On avait senti qu'il le ferait», a commenté le président du syndicat, Herman Martel.

«C'est sûr que ça rend l'ambiance un peu maussade, mais les gars avaient été avisés», a-t-il ajouté.

Des mesures préventives

Chez Produits Forestiers Résolu (PFR), on souligne qu'il s'agit de mesures préventives pour être conforme à la loi. On est conscient qu'il y a du travail pour 12 semaines, mais on a bon espoir de s'entendre avec le gouvernement d'ici là.

«C'est une question administrative. Dans la cour, il y a de l'inventaire pour 12 semaines. Les travaux forestiers ne sont pas repris», a indiqué Karl Blackburn, directeur principal, affaires publiques et relations gouvernementales chez PFR.

Selon ce dernier, les discussions avec le gouvernement avancent bien et il y a une lueur d'espoir pour les travailleurs. «Je pense qu'il y a des choses qui pourraient se régler d'ici ce temps-là. On a remis un avis de licenciement collectif à nos employés, mais ça ne veut pas dire que ça va se faire. C'est pour s'assurer qu'on respecte les normes. S'il n'y a pas d'entente, pas de mesures mises en place pour nous permettre de relancer les opérations forestières, ça voudrait dire qu'il faut arrêter parce que l'inventaire va être épuisé», explique-t-il.

PFR a souligné que ses dirigeants travaillaient fort avec le ministère pour trouver des pistes de solutions pour régler une fois pour toutes la problématique entourant le coût de la fibre en Mauricie. 

«Il y a des lueurs d'espoir», a conclu M. Blackburn.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer