Drummondville toujours à la recherche d'occasions

James Senall, président de l'incubateur High Tech Rochester... (Guy Veillette)

Agrandir

James Senall, président de l'incubateur High Tech Rochester et Alexandre Cusson, maire de Drummondville, ont signé une entente de partenariat pour les incubateurs de chaque ville vendredi après-midi.

Guy Veillette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Rochester) Le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, a profité de son passage à High Tech Rochester, vendredi après-midi, pour signer une entente de partenariat avec cet incubateur industriel.

Le protocole prévoit la promotion et l'échange d'information pour favoriser chaque infrastructure et donner l'opportunité aux entreprises de bien comprendre les réalités du marché visé. Pour M. Cusson, cette signature constitue un moment fort de cette première mission économique de l'Union des municipalités du Québec.

«Le but, c'était de commencer quelque chose et sur ce point, je crois que c'est totalement réussi», confie-t-il. «Cette signature démontre un intérêt marqué pour Rochester. Les prochaines années dicteront les résultats.»

High Tech Rochester a développé une formule déjà éprouvée à Drummondville depuis une vingtaine d'années. L'intérêt de ce partenariat consiste notamment à attirer des entreprises, un peu comme il s'est produit avec la France, l'an dernier.

Drummondville peut compter sur une superficie de 100 000 pieds carrés à son incubateur. Il abrite actuellement 38 entreprises. Depuis son ouverture, 104 projets sont passés par là.

«Des incubateurs, il y en a partout dans le monde, mais pas beaucoup au Québec», raconte Martin Dupont, directeur général de la Société de développement économique de Drummondville. «C'est un outil de développement économique, comme un parc industriel. L'objectif de cette entente est de coopérer avec un incubateur américain. On le fait déjà avec un incubateur français et nous coopérons aussi avec un incubateur chinois.»

«Nous faisons 95 % de ce que High Tech Rochester fait», ajoute-t-il. «Si des gens de l'incubateur de Rochester veulent venir au Canada, ils auront toujours le choix entre Toronto ou Montréal, mais peut-être viendront-ils à Drummondville en raison de cet avantage particulier, de ce canal facilitant. Une entente de coopération, ça peut aller jusqu'à des loyers gratuits pour aider à démarrer plus rapidement.»

Dans la même veine, une entreprise incubée à Drummondville pourrait profiter de cette entente pour faciliter une expansion dans l'État de New York, souligne M. Dupont.

En 2015, les investissements industriels ont atteint 253 millions de dollars dans la MRC de Drummond, un record mis en évidence dans le dernier rapport annuel de la SDÉD.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer