• Le Nouvelliste > 
  • Affaires 
  • > Alcoa exige des rabais sur l'électricité pour son aluminerie de Bécancour 

Alcoa exige des rabais sur l'électricité pour son aluminerie de Bécancour

Deux ans après la signature d'une entente d'approvisionnement en électricité... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

Deux ans après la signature d'une entente d'approvisionnement en électricité avec Hydro-Québec, Alcoa désire la renégocier afin d'obtenir des rabais pour son aluminerie de Bécancour, dans le Centre-du-Québec.

C'est à cet endroit que la facture énergétique est la plus élevée au pays, et cela ne peut plus durer, a fait valoir mercredi le président d'Alcoa Groupe Produits primaires, Roy Harvey, au cours d'une entrevue accordée à La Presse Canadienne à l'occasion de son passage à Montréal.

Sans évoquer précisément ce qu'il adviendrait de l'aluminerie faute d'une entente, M. Harvey - qui sera le grand patron d'Alcoa une fois sa scission complétée plus tard cette année - a clairement laissé entendre que la multinationale pourrait être obligée de prendre des décisions difficiles.

«Nous examinons toujours tous nos actifs et nous n'écartons aucun scénario», a-t-il répondu, lorsque questionné à savoir si la fermeture de l'usine, qui emploie un millier de syndiqués, pouvait être envisagée.

Il a toutefois pris soin d'ajouter que Bécancour était «une aluminerie importante» dans laquelle Alcoa espérait pouvoir continuer à investir, mais qu'il était actuellement difficile de le faire compte tenu des coûts d'approvisionnement en énergie. Le Québec représente le tiers de la capacité de production d'aluminium d'Alcoa.

S'il est actuellement encore trop tôt pour évoquer des réductions de personnel pour réduire les coûts à Bécancour, M. Harvey a également refusé d'écarter ce scénario lorsque la question lui a été posée.

«Nous examinons toujours les façons d'augmenter la productivité et nous n'écartons jamais ces options, a-t-il dit. Nous nous penchons sur notre stratégie en matière de personnel et sur les ententes que nous avons à cet endroit en particulier, et nous regardons les occasions pour forger des partenariats, que ce soit avec nos employés ou nos fournisseurs.»

Après avoir menacé de quitter le Québec en 2013, Alcoa avait conclu une nouvelle entente d'approvisionnement avec Hydro-Québec jusqu'en 2030 pour ses alumineries de Bécancour et Deschambault et jusqu'en 2036 pour l'usine de Baie-Comeau. Au total, les trois alumineries comptent quelque 2700 travailleurs.

Or, les tarifs varient d'une aluminerie à l'autre, plaide M. Harvey, et l'usine de Bécancour n'est pas rentable.

Le haut dirigeant de la multinationale est bien conscient qu'une entente a été signée en 2013, mais estime que le «contexte a changé depuis» et que le prix de la tonne métrique d'aluminium, qui oscille aux alentours de 1500 $ US, n'est pas suffisamment élevé. Il y a 10 ans, le prix de la tonne se négociait à près de 3000 $ US la tonne.

Selon lui, il est impératif de trouver une solution avant la scission d'Alcoa. La multinationale doit se diviser plus tard cette année en deux entreprises distinctes - une qui se concentrera sur la production d'aluminium et une autre sur les produits fabriqués pour les industries automobile et aéronautique.

M. Harvey s'est également défendu de négocier à nouveau sur la place publique en laissant planer le doute sur le futur de l'aluminerie de Bécancour. «Nous tentons d'être aussi directs et honnêtes que possible», s'est-il limité à dire sur le sujet.

De passage d'une journée dans la métropole pour rencontrer Hydro-Québec, M. Harvey n'a pas voulu dire si les pourparlers avaient permis de se rapprocher d'une entente. La société d'État n'a pas voulu commenter la rencontre.

M. Harvey a également indiqué qu'il avait discuté du dossier avec le premier ministre Philippe Couillard au Forum économique de Davos, en janvier et que ce dernier s'était montré «ouvert». Le haut dirigeant d'Alcoa a toutefois préféré ne pas élaborer quant à la réponse de Québec depuis.

En vue de sa scission, Alcoa réfléchit également aux emplacements de ses bureaux administratifs. Si la multinationale parvient à «renforcer son partenariat avec le Québec», elle pourrait décider de rapatrier des responsabilités administratives dans la province, où se trouve son bureau régional.

«Nous examinons où se trouvent certains de nos quartiers généraux, comme celui pour l'aluminium, a dit M. Harvey. Nous voulons qu'ils se situent à des endroits à où la majorité de nos actifs se trouvent.»

Le siège social des activités d'aluminium d'Alcoa fait actuellement partie du siège social européen de Genève.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer