«Les villes résolvent les problèmes»

Stéphanie Miner en conversation avec la mairesse de... (Guy Veillette, Le Nouvelliste)

Agrandir

Stéphanie Miner en conversation avec la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, lors de la réception organisée mercredi soir au 20e étage du Crown Plaza de Syracuse.

Guy Veillette, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Syracuse) La délégation de la mission économique organisée par l'Union des municipalités du Québec dans l'État de New York a effectué un premier arrêt à Syracuse, en fin de journée mercredi, où la mairesse Stephanie Miner a brièvement expliqué les raisons qui devraient favoriser le développement de relations d'affaires entre les deux régions.

Avocate spécialisée en droit du travail, l'élue démocrate a entrepris sa carrière politique comme conseillère municipale en 2001. Elle se retrouve à la tête d'une ville qui affiche le plus haut taux de pauvreté chez les populations noires et hispaniques. Entre 2009 et 2013, plus d'une personne sur trois à Syracuse vivait sous le seuil de la pauvreté.

Par contre, cette région est favorisée par de nouvelles opportunités d'affaires, témoigne la mairesse.

«Les infrastructures et les échanges commerciaux sont des enjeux constants pour nous, en raison de notre situation géographique, à mi-chemin entre le Canada et la ville de New York, la porte d'entrée du monde.

Au moment où s'ouvre le canal de Panama (les nouvelles écluses), où de plus en plus de biens traversent notre pays et de plus en plus de biens transigent aux ports à New York et au New Jersey, des endroits tels que Syracuse, Rochester et Buffalo observent différentes façons pour introduire les biens vers les marchés.

Gardez cela en tête, quand vous vous demanderez de quels biens avez-vous besoin ou comment pouvez-vous en envoyer plus rapidement.»

Au nord ou au sud de la frontière, la vigueur des villes représente la clé pour le développement économique, observe Mme Miner.

«Les villes résolvent les problèmes», témoigne la mairesse. «Nous voulons contribuer à développer ce qui est déjà une relation très spéciale et productive entre nos pays. Le Canada est notre premier partenaire économique et n'importe qui comprend cela dans l'État de New York. Nous voulons donc encourager cette relation pour résoudre des problèmes, travailler ensemble. Quand on collabore, on permet à nos produits, à notre créativité et à notre développement de prendre beaucoup d'expansion.»

«Il n'y a jamais eu autant de personnes qui vivent dans les villes à travers le monde», rappelle-t-elle. «La tendance a complètement changé. L'activité économique est principalement créée dans les villes. Aux États-Unis, les maires échangent beaucoup entre eux pour parler de développement économique, partager nos potentiels... et aussi pour se plaindre de notre gouvernement fédéral!»

Considérée comme une vedette montante chez les démocrates, Mme Miner a donné un aperçu de la détermination qui l'habite.

«Nous n'acceptons jamais un non comme réponse», assure-t-elle. «Si on veut résoudre un problème et que le gouverneur, le président, le sénateur disent que ça ne peut pas se faire, le maire trouve une façon!»

Rôle central

Maxime Pedneauld-Jobin, chef de mission pour l'UMQ, partageait évidemment l'opinion de la mairesse sur le rôle central des municipalités dans le développement économique.

«Vous ne pouvez pas développer un pays, une province sans les villes», souligne-t-il. «Que ce soit au plan économique, social ou culturel, nous représentons souvent le joueur principal.»

Le maire de Gatineau a rappelé l'importance de cette première mission économique pour les participants, ne ratant pas l'occasion de mettre en relief le rôle de précurseur joué par Drummondville dans ce genre d'initiative.

Ce souper protocolaire mettait la table à une journée qui s'annonce extrêmement chargée, jeudi. Après le Rendez-vous économique Québec-Syracuse au déjeuner, la délégation visitera The Tech Garden, un incubateur d'entreprises axées sur la technologie. Certains participants se dirigeront plutôt vers le Centre d'excellence pour les systèmes environnementaux et énergétiques. Une visite des installations d'Anheuser-Busch est également prévue, avant de prendre la direction de Rome pour la deuxième partie de la journée.

Partager

À lire aussi

  • Cognibox a délégué sa dynamo

    Affaires

    Cognibox a délégué sa dynamo

    Cognibox fait partie des entreprises qui accompagnent la délégation des maires de l'Union des municipalités du Québec dans le cadre de la mission... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer