MRC de Maskinongé: non à la fin du service au comptoir chez Desjardins

Le directeur général de la Caisse Desjardins de... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur général de la Caisse Desjardins de l'ouest de la Mauricie, Jacques Duranleau.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Les élus de Saint-Élie-de-Caxton, de Sainte-Ursule, de Saint-Justin, de Saint-Édouard-de-Maskinongé et de Saint-Barnabé sauront le 26 mai si leurs efforts déployés pour convaincre la Caisse Desjardins de l'ouest de la Mauricie de conserver le service au comptoir dans ces localités seront récompensés ou non.

Réjean Audet... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Réjean Audet

François Gervais, Le Nouvelliste

Réjean Carle, maire de Sainte-Ursule.... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Réjean Carle, maire de Sainte-Ursule.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Les maires de ces municipalités misent sur l'appui de la table des maires de la MRC avec l'objectif de maintenir un service de base pour les transactions au comptoir. Cette prise de position survient après que Desjardins eut annoncé, en avril, sa décision de mettre fin à ce service dès le 1er juin. «On veut être capable de garder un minimum de services, commente Réjean Carle, le maire de Sainte-Ursule. On a encore des personnes âgées qui ont besoin du service au comptoir pour un bout de temps. On comprend le changement, mais la mission de Desjardins n'est pas la même qu'une banque.»

Réjean Audet, maire de Saint-Élie, sait bien que les transactions au comptoir sont en constante diminution dans les institutions financières. Il croit tout de même que Desjardins peut faire preuve d'imagination et trouver une solution qui accommoderait tout le monde.

«Quand on coupe des heures de services, c'est moins utilisé. C'est une suite logique. Pour les sociétaires de notre caisse qui sont souvent nos plus vieux, c'est difficile d'apprendre les nouvelles technologies. On s'en va vers là, mais actuellement, c'est prématuré pour ces gens. On demande à Desjardins d'avoir un peu d'originalité et de faire un pas de recul.»

M. Carle et M. Audet verraient d'un bon oeil que la Caisse Desjardins de l'ouest de la Mauricie maintienne le service au comptoir à raison d'un jour par semaine. C'est ce qu'ils ont expliqué à Jacques Duranleau et Luc Pombert, directeur général et président de l'institution financière lors d'une rencontre tenue tout de suite après la séance du conseil de la MRC, mercredi soir.

M. Duranleau se dit très compréhensif quant à la position des maires pour qui la disparition d'un service n'est jamais une bonne nouvelle. Le directeur général de la Caisse Desjardins de l'ouest de la Mauricie précise que Desjardins a aussi eu le temps d'exposer son point de vue sur la question, rappelant que 96 % des transactions courantes se font ailleurs qu'au comptoir. «On leur a dit qu'on fait très attention aux personnes âgées. Les gens ne sont pas contents de devoir changer leurs habitudes, mais il n'y a pas de grogne au sein de la population. On a un gestionnaire qui explique la réalité à chaque membres. Les gens adhèrent aux solutions qu'on leur donne.»

L'utilisation des guichets automatiques est un autre service dont les transactions sont en baisse. Le parc de guichets automatiques de ces cinq centres de services affiche une hausse en avril, preuve que les habitudes des gens sont en train de changer. «Les gens réagissent bien à nos orientations, continue M. Duranleau. Il y a des personnes âgées plus technos qu'on le pense.»

M. Duranleau a déjà déclaré que réduire à quelques heures par semaine le service au comptoir ne réglerait pas grand-chose. Cette option causerait probablement du mécontentement en ce qui concerne la plage horaire retenue et le fait de diminuer les heures d'ouverture entraîne un achalandage à la baisse.

Le directeur général refuse de dire si Desjardins va oui ou non modifier son approche. La décision revient aux membres du conseil d'administration qui trancheront la question lors de leur prochaine réunion, le 26 mai.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer