Travaux de 12 millions $ à Gentilly-2

Hydro-Québec amorcera sous peu la construction de deux... (Archives)

Agrandir

Hydro-Québec amorcera sous peu la construction de deux nouveaux modules de stockage à sec de type CANSTOR sur le site de Gentilly-2.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Dès ce printemps, Hydro-Québec amorcera la construction de deux nouveaux modules de stockage à sec de type CANSTOR. Évalué à 12 millions de dollars, ce projet permettra de compléter l'entreposage du combustible nucléaire irradié sur le site de Gentilly-2.

Les travaux de construction des modules de stockage, qui s'échelonneront sur 9 mois, seront majoritairement réalisés par des entreprises régionales. Tous les travaux se dérouleront à même le site nucléaire de Gentilly-2, hormis la fabrication des cylindres qui sera réalisée dans les installations de l'entreprise Marmen.

«Hydro-Québec était sensible au recours à une main-d'oeuvre régionale pour la réalisation de ce projet. Les soumissionnaires retenus sont des entreprises reconnues et établies dans la région, ce qui permettra de favoriser les retombées économiques régionales», indique Donald Olivier, directeur - Installations de Gentilly-2 à Hydro-Québec.

Celui-ci a rappelé que les dernières grappes de combustible nucléaire irradié ont été retirées du coeur du réacteur au cours de l'année 2013 et déposées dans la piscine de stockage. Après un séjour d'environ sept ans, elles seront graduellement transférées dans les nouveaux modules de stockage à sec CANSTOR situés à l'intérieur du périmètre sécurisé de la centrale.

Avec l'ajout de ces deux nouveaux modules, les installations nucléaire de Gentilly-2 compteront un total de 11 modules de stockage à sec dans lesquels sera confiné de façon sécuritaire l'ensemble du combustible nucléaire irradié produit par le réacteur durant son exploitation et jusqu'à son arrêt définitif en décembre 2012.

Selon les prévisions de la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN), qui est l'organisme mandaté pour établir un site d'entreposage définitif pour le combustible nucléaire au pays, le transfert du combustible irradié de Gentilly-2 vers le site canadien devrait débuter vers 2050, pour se terminer autour de 2060.

Cette annonce survient alors qu'une audience publique a lieu ce jeudi devant la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) concernant la demande déposée par Hydro-Québec en septembre 2015 pour un permis de déclassement d'un réacteur de puissance d'une durée de dix ans. La société d'État veut ainsi que les activités liées à la préparation du déclassement de l'installation nucléaire de Bécancour puissent se poursuivre.

«Les audiences publiques du 5 mai permettront aux commissaires de la CCSN de poser des questions au personnel de la CCSN et aux représentants d'Hydro-Québec sur le contenu de la demande de permis. Ils pourront également poser des questions sur le contenu des mémoires déposés par des organismes externes ou des particuliers», a expliqué au Nouvelliste Véronique Trépanier, conseillère - Relations avec le milieu à la société d'État.

Au terme de ces audiences, les commissaires de la CCSN disposeront de 30 jours pour rendre leur réponse sur la demande de permis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer