• Le Nouvelliste > 
  • Affaires 
  • > Assemblée annuelle de Bombardier: contrôle familial et rémunération au menu 

Assemblée annuelle de Bombardier: contrôle familial et rémunération au menu

Le président et chef de la direction de... (La Presse Canadienne, Ryan Remiorz)

Agrandir

Le président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare, et le président exécutif du conseil d'administration, Pierre Beaudoin, se sont partagé plus de 10,2 M $US au cours du dernier exercice.

La Presse Canadienne, Ryan Remiorz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'importante commande de CSeries décrochée par Bombardier auprès du transporteur américain Delta n'a pas empêché des questions concernant le contrôle familial de l'entreprise, la rémunération et la gouvernance, à l'occasion de l'assemblée annuelle des actionnaires, vendredi à Mirabel.

Malgré l'enthousiasme de la direction, le Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC) n'a pas tardé à ramener sur la table les négociations avec le gouvernement Trudeau entourant une potentielle aide financière.

Les actions à droit de vote multiple, qui permettent à la famille Beaudoin-Bombardier de contrôler 53,23 pour cent des droits de vote, figureraient parmi les points de désaccord et auraient incité, selon divers médias, la multinationale à rejeter la proposition initiale d'Ottawa.

Interpellé à ce sujet, le président exécutif du conseil d'administration, Pierre Beaudoin, a rapidement mis fin à la spéculation en confirmant que la famille n'avait pas l'intention de céder sur ce point.

«Nos actions de votes multiples nous permettent d'investir à long terme et de protéger le démantèlement de cette société, a-t-il dit, suscitant des applaudissements parmi les quelque 900 personnes réunies dans le hangar de Bombardier. Nous n'avons pas l'intention de changer quoi que ce soit.»

À ses côtés, le président et chef de la direction, Alain Bellemare, a repris son discours de la veille, refusant de dévoiler l'état des négociations avec le gouvernement Trudeau et se limitant à répéter que les deux parties tentaient d'en arriver à une solution «gagnant-gagnant».

Dans ses interventions, le représentant du MÉDAC, Willie Gagnon, s'est également affairé à dénoncer les modifications du régime d'options d'achat d'actions proposées par Bombardier ainsi que la politique de rémunération des membres de sa haute direction.

Celui-ci a notamment rappelé que MM. Bellemare et Beaudoin s'étaient partagé plus de 10,2 millions $US en rémunération totale au cours du dernier exercice, ce qui, de l'avis du MÉDAC, est une transition qui «coûte cher». «Nous nous opposons à votre politique de rémunération et nous ne sommes pas seuls», a lancé M. Gagnon, sous les applaudissements d'actionnaires du même avis.

En point de presse, le grand patron de Bombardier (TSX:BBD.B), qui n'était pas accompagné de M. Beaudoin, a répliqué que la rémunération des dirigeants de l'entreprise tenait compte des études comparatives d'entreprises de taille similaire au Canada ainsi qu'ailleurs.

Selon M. Bellemare, le redressement entamé par son équipe depuis la dernière année justifie les salaires octroyés. «On a été en mesure d'attirer des candidatures impressionnantes et cela a été reconnu par les analystes financiers», a-t-il affirmé.

Même si elle a été battue, la proposition du MÉDAC visant à forcer Bombardier à divulguer séparément les résultats des votes par les détenteurs d'actions ordinaires a néanmoins obtenu un certain appui, à 12,2 pour cent.

Par souci de transparence, l'organisme estimait que l'entreprise, à l'instar de Québecor (TSX:QBR.B) et Cogeco (TSX:CGO), devrait scinder les résultats des détenteurs d'actions à droit de vote multiple, principalement détenues par les membres de la famille Beaudoin-Bombardier.

«Ça n'arrive jamais des résultats comme ceux-là», a commenté le représentant du MÉDAC, se félicitant également que des actionnaires aient applaudi au moment de son intervention sur la rémunération de la haute direction.

La Caisse de dépôt et placement du Québec, l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada et le Régime de retraite des enseignants de l'Ontario (Teachers) figurent parmi les investisseurs institutionnels qui se sont rangés derrière cette proposition du MÉDAC.

Les actionnaires ont par ailleurs approuvé la proposition de Bombardier de procéder à un regroupement d'actions pour hausser la valeur du titre en Bourse si la situation l'exige. Jusqu'au 31 octobre, l'entreprise peut regrouper une action par tranche de huit à 16 actions.

Compte tenu de la remontée récente du titre de l'avionneur, M. Bellemare a convenu qu'il n'était pas absolument nécessaire d'aller de l'avant avec un regroupement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer