Secteur manufacturier: croissance modeste en 2016

La croissance sera modeste dans le secteur manufacturier... (La Presse)

Agrandir

La croissance sera modeste dans le secteur manufacturier en 2016, mais certains secteurs devraient davantage tirer leur épingle du jeu au Centre-du-Québec.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Drummondville) La croissance sera modeste dans le secteur manufacturier en 2016, mais certains secteurs devraient davantage tirer leur épingle du jeu au Centre-du-Québec.

Dans l'ordre habituel, on retrouve Catherine Fagnan, directrice... (CNB Reflets d'images) - image 1.0

Agrandir

Dans l'ordre habituel, on retrouve Catherine Fagnan, directrice générale des MMCQ, Joëlle Noreau, économiste principale au Mouvement Desjardins, Donald Michaud, président des MMCQ et Daniel Laframboise vice-président Comptes majeurs Centre-du-Québec au Mouvement Desjardins.

CNB Reflets d'images

Voilà le constat que l'économiste principale au Mouvement Desjardins, Joëlle Noreau, a partagé mardi lors du tout premier déjeuner organisé sur la rive sud par les Manufacturiers de la Mauricie et du Centre-du-Québec (MMCQ).

Au Canada, l'année sera donc modeste, mais néanmoins en croissance. Il y aura création d'emploi, les exportations seront en hausse, mais l'optimisme s'annonce prudent.

Les investissements dans les infrastructures devraient néanmoins aider la relance de l'économie. Le dollar canadien devrait demeurer sous la parité et la Banque du Canada ne devrait pas modifier les taux directeurs avant plusieurs trimestres. Malgré tout, la tendance des exportations, sauf dans le secteur de l'énergie, devrait demeurer à la hausse.

Au Québec, certains facteurs négatifs freinent l'économie. On a qu'à penser aux investissements des entreprises qui tardent à remonter et au ralentissement des exportations internationales en Europe et en Asie.

Comme la demande intérieure est trop faible et que la démographie est défavorable, une croissance du PIB réelle de 2 % est à oublier. Par contre, le dollar canadien devrait rebondir avec la reprise économique dans le secteur pétrolier au cours de l'année 2016.

Selon Mme Noreau, les entreprises qui exportent aux États-Unis devraient profiter de la vigueur de l'économie américaine. Et au Centre-du-Québec, les transports, la machinerie, les pièces, les ateliers d'usinage, les produits chimiques et les matériaux sont autant de secteurs qui affichent de bonnes perspectives.

Le vent devrait aussi être favorable à tout ce qui touche la construction résidentielle et non résidentielle, comme les produits du bois, le meuble, les produits métalliques et plastiques, particulièrement les entreprises qui exportent vers les États-Unis.

Mais pour la conférencière du jour, il importe d'augmenter la productivité, et ce, même avec un dollar sous la parité, car, dit-elle, une stratégie d'affaires basée sur un huard faible ne peut être viable.

En entrevue au Nouvelliste, elle a rappelé comment les entreprises, qui avaient basé leur stratégie uniquement sur un dollar faible, «ont trouvé le jeu dur», et certaines ont même fermé dans les années 2003 et 2004 lorsque la devise canadienne a commencé à s'apprécier «de façon fulgurante».

«Les entreprises américaines veulent des partenaires qui peuvent les suivre technologiquement, dans leur chaîne de valeur. Les entreprises québécoises ont de nombreux atouts: leur souplesse et leur grande capacité d'adaptation, la possibilité de produire sur mesure, la proximité des marchés, la qualité des produits et de la main-d'oeuvre.

Ces atouts doivent être alliés avec les gains de productivité», a expliqué Mme Noreau à la soixantaine de participants réunis à Drummondville.

Il en est de même pour l'exportation. «Dans un contexte où la croissance de la population sera très modérée dans les prochaines années, l'exportation est loin d'être un luxe pour toute entreprise qui veut croître», renchérit-elle.

Le président des MMCQ, Donald Michaud, s'est dit très satisfait de ce premier déjeuner manufacturier à Drummondville.

«On souhaite accroître le nombre d'événements manufacturiers dans le Centre-du-Québec au cours de la prochaine année et le pouls que nous avons senti à l'aube de ce premier déjeuner est très favorable aux développements», a-t-il confié.

Le 6 mai, ce sera au tour de la Mauricie de connaître les prévisions économiques de son secteur manufacturier avec Mme Noreau. Et le 10 mai à Trois-Rivières, les MMCQ recevront la consule générale des États-Unis et un panel, composé de trois dirigeants d'entreprises exportatrices aux États-Unis, témoignera de son expérience en sol américain et des défis rencontrés. L'événement est organisé en collaboration avec Carrefour Québec International et la Chambre de Commerce et d'Industries de Trois-Rivières.

Finalement, le 12 mai, Laurent Lemaire accueillera les manufacturiers pour une visite des usines Cascades Tissu et Cascades Plastique à Kingsey Falls. Un cocktail réseautage en compagnie de M. Lemaire et de dirigeants de Cascades clôturera la visite industrielle au Parc Marie-Victorin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer