Nouveau départ pour le club de golf de Gentilly

Dans l'ordre habituel, on retrouve Stéphane Lemay, directeur... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Dans l'ordre habituel, on retrouve Stéphane Lemay, directeur général, Jean-Claude Parr, Jocelyn Parr et Steve Garceau, propriétaires, Jean-Guy Dubois, maire de Bécancour, et le conseiller du secteur, Alain Mercier, entourant Irène Poisson, spécialiste du comportement canin.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Après la faillite de la coopérative provoquée par la fin de la centrale nucléaire, le club de golf de Gentilly connaît un nouveau départ grâce aux nouveaux propriétaires, Steve Garceau, et les membres de la famille Parr. Et c'est l'entreprise de Stéphane Lemay, Gestion club de golf F.L. inc., qui louera les installations pour tenter d'en faire un succès.

Déjà, la nouvelle administration propose des nouveautés, soit un volet canin pour les golfeurs, des véhicules électriques monoplaces connus sous le nom de segway, et un service de restauration.

«C'est l'endroit de la résilience», a lancé le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, qui a vu naître le club de golf en plus de faire partie des 151 sociétaires à avoir perdu leur mise de fonds totalisant près d'un million de dollars.

Avec une situation financière devenue intenable sans la vente du vaste bâtiment adjacent, les membres de la Coopérative de solidarité en développement local de Gentilly ont rendu les armes, d'où l'assemblée des créanciers du 4 mai prochain.

En 2008, la location du vaste entrepôt à la société d'État, en prévision de la remise à neuf de Gentilly-2, était tombée à point. L'entente de 15 ans, renouvelable aux cinq ans, représentait des revenus totaux de 1,5 million $. Mais l'abandon du projet par le gouvernement sera venu compromettre la contribution annuelle de 108 000 $ d'Hydro-Québec, et ce, depuis le 1er juin 2014.

C'est alors qu'est arrivé ensuite le projet d'un incubateur. La vente de la bâtisse de 20 000 pieds carrés à cette fin aurait alors permis d'éponger la dette d'un demi-million de dollars. Sauf que la Ville a décidé de renoncer à cet emplacement en raison de l'opposition de citoyens au changement de zonage.

«Je suis très content qu'il va y avoir du golf. Il y a des gens qui vont conserver leur emploi. C'est un geste de confiance alors qu'on n'est pas à une époque en haut de popularité. Mais ils vont se démarquer en offrant quelque chose de différent», a commenté le premier magistrat.

Entre autres, les chiens pourront accompagner, en laisse, leur maître sur le terrain pendant la joute. Sous la supervision d'Irène Poisson, une spécialiste reconnue du comportement canin, ce volet sera encadré par un protocole et le club proposera des ateliers de comportements canins les mercredis et dimanches afin que les chiens puissent bien se tenir sur les allées. Les inscriptions se feront à la boutique du club et les heures de cours sont à déterminer.

De plus, deux parcs à chiens, de différentes grandeurs, ont été aménagés à proximité du bâtiment principal «pour accueillir ces gentils compagnons pendant que le maître est au restaurant ou au bar», a-t-on expliqué. Ouverts les mercredis et dimanches, ces parcs seront supervisés toute la journée. Une section toilettage a même été aménagée afin d'offrir un service complet, sur demande.

Par ailleurs, quatre segways seront mis à la disposition des golfeurs. Offerts en location, ces véhicules électriques monoplaces sont constitués d'une plateforme munie de deux roues sur laquelle l'utilisateur se tient debout et où il y a une place pour le sac de golf. Et tous les jours, de 7 h à 20 h, le restaurant ouvrira ses portes pour servir des déjeuners, dîners et soupers.

«On veut mettre en évidence notre salle de réception. On essaie d'attirer une nouvelle clientèle. On est toujours à la recherche de partenaires, de nouvelles idées et de commanditaires», a fait savoir Stéphane Lemay, qui agit à titre de directeur général.

Son équipe est déjà en place pour se préparer à accueillir les membres, et ce, dès le 1er mai 2016. Cinq employés de l'ancienne structure font partie du personnel du club de golf et plus de 85 membres se sont déjà engagés auprès de la nouvelle organisation, soit presque autant que lors de la saison 2015. «Nous sommes très fiers. C'est au-delà de nos attentes», admet-il.

Pour le propriétaire Steve Garceau, le maintien du club de golf était une priorité. Et il a toujours cet entrepôt de 20 000 pieds à louer en plus d'avoir dans ses cartons un projet domiciliaire qui, à terme, pourrait compter une trentaine de terrains.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer