• Le Nouvelliste > 
  • Affaires 
  • > Enveloppe de 125 000 $ pour une stratégie locale de la ZIP à Bécancour 

Enveloppe de 125 000 $ pour une stratégie locale de la ZIP à Bécancour

Le préfet de la MRC de Bécancour, Mario... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le préfet de la MRC de Bécancour, Mario Lyonnais, le président-directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Maurice Richard, et le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, écoutant l'annonce du ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D'Amour.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Même si le maire Jean-Guy Dubois piaffe d'impatience d'utiliser sa pelle pour inaugurer des travaux, il accueille néanmoins favorablement les 125 000 dollars annoncés vendredi par le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D'Amour, pour la réalisation du plan de développement de la zone industrialo-portuaire de Bécancour.

Et l'un des 17 projets déjà déposés en lien avec les ZIP au Québec, «et sous analyse», concerne justement Bécancour. Et des dossiers émanent également de Trois-Rivières, a confirmé le ministre. En vertu d'une entente de collaboration signée avec la Ville et ses partenaires locaux, le gouvernement financera jusqu'à 70 % des dépenses associées à la réalisation de cette stratégie locale, et ce, jusqu'à concurrence de 125 000 $.

«Cela ajoute à notre attractivité pour recevoir les entreprises», a commenté le maire Dubois, tout en faisant référence à la difficulté de «faire de l'économie» pour des facteurs tantôt financiers, tantôt environnementaux, quand ce n'est pas pour des causes techniques.

La signature de cet accord a mené à la formation d'un comité local qui regroupe la Ville de Bécancour, la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, la MRC de Bécancour, le Grand Conseil de la nation Waban-Aki et la communauté des Abénakis de Wôlinak ainsi que les ministères et organismes concernés.

Présente à la conférence de presse avec sa présidente Karine Béliveau, la directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec, Martine Pépin, attend de voir la suite des choses avant de réclamer un siège.

Le comité aura pour mandat de délimiter la zone industrialoportuaire et de préparer un plan de développement industriel comprenant, entre autres, le repérage des marchés potentiels et des occasions d'attraction d'investissements, le tout en conformité avec les principes de développement durable.

«Le développement de zones industrielles près des services portuaires et d'infrastructures routières et ferroviaires représente un avantage compétitif considérable pour les entreprises qui s'y installent. Ce positionnement stratégique assurera entre autres une meilleure intégration des entreprises manufacturières aux chaînes d'approvisionnement mondiales, ce qui aura pour effet d'attirer des investissements au Québec, en plus d'accroître nos exportations», a fait valoir le ministre D'Amour.

Le plan d'action 2015-2020 de la Stratégie maritime du Québec dispose notamment d'une enveloppe d'intervention de 300 millions de dollars pour soutenir des projets d'investissements privés dans les zones industrialo-portuaires. Une somme de 200 millions de dollars est également prévue par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports pour soutenir les projets d'infrastructures portuaires et intermodales consacrés au transport des marchandises.

«Nous visons à ce que cette zone industrialo-portuaire devienne un centre névralgique et essentiel à la vitalité économique de toute la région du Centre-du-Québec. Notre gouvernement demeure un partenaire de premier plan dans la réalisation de ces grands projets maritimes structurants et mobilisateurs. Et c'est en menant des actions collectives que nous renforcerons la position du Québec sur l'échiquier des grandes chaînes logistiques internationales», a ajouté le ministre D'Amour.

Selon le président-directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Maurice Richard, «ça plaît à nos investisseurs d'entendre qu'ils peuvent compter sur une aide gouvernementale».

«Dynamiser l'activité portuaire de Bécancour, c'est améliorer le positionnement concurrentiel de notre région, mais aussi de tout le Québec, sur la scène internationale. L'implantation d'une telle zone engendrera des occasions d'affaires et la création d'emplois qui profiteront à tous les citoyens du Centre-du-Québec», a fait savoir le ministre régional, Laurent Lessard, par voie de communiqué.

D'ici juin, le gouvernement du Québec finalisera la signature d'ententes de collaboration afin de développer 16 zones industrialo-portuaires. Leur implantation constitue l'un des axes d'intervention autour desquels s'articule la Stratégie maritime du Québec.

Dans son allocution, le ministre D'Amour a abordé la question de pénurie de main-d'oeuvre dans le monde maritime et la mise sur pied d'une formation professionnelle en matelotage. Mais à la lumière de ses propos, il est trop tôt pour que la région se mette à rêver à recevoir une éventuelle école dans le domaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer