CCIS: Mario Lamontagne prend la relève

Mario Lamontagne a été élu en tant que... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Mario Lamontagne a été élu en tant que nouveau président de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan, mercredi soir, lors de l'assemblée générale annuelle. Il est accueilli par le directeur général, Martin St-Pierre.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les membres de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan ont choisi Mario Lamontagne à titre de président au terme de l'assemblée générale annuelle de l'organisme qui était présentée en début de soirée mercredi, au salon Wabasso de la Shop du Trou du diable.

Déjà impliqué à la CCIS à titre de vice-président et trésorier au cours de la dernière année, le directeur principal, Certification et services conseils au bureau de Deloitte à Shawinigan souhaite stimuler le sentiment de fierté de la communauté d'affaires au cours des prochains mois.

M. Lamontagne prend ainsi la relève de Jonathan Saint-Jean, qui avait claqué la porte en décembre. Martin Dumont, courtier en assurance de dommages des entreprises, avait assuré l'intérim jusqu'à l'assemblée générale annuelle. Il demeure sur le comité exécutif, à titre de premier vice-président, un nouveau poste.

L'une des priorités de M. Lamontagne consistera à devenir «la voix des entrepreneurs», une volonté récurrente du mouvement. Mais le nouveau président fait référence au parcours de Nicolas Duvernois, président de Pur Vodka et conférencier très apprécié lors de son passage devant les membres de la CCIS en mars, pour illustrer l'importance de stimuler la fibre de la fierté. Il s'agit également d'un élément qui était ressorti dans le cadre du forum ouvert de consultation organisé l'automne dernier.

«On veut être un acteur de développement économique», explique-t-il. «On ne peut pas faire de prêt ou financer une entreprise, mais on veut être des acteurs du rayonnement économique de Shawinigan.»

«Un entrepreneur qui réussit ne prend pas nécessairement le temps pour expliquer qu'il a réussi», raconte-t-il. «Il encaisse les profits, il est content, il félicite son équipe et il continue. Il n'a pas le temps de pousser la bonne nouvelle à l'externe. Mais quand ça va mal et que ça l'empêche d'avancer, il prend du temps pour se battre. On communique donc plus en raison des choses qui nous freinent.»

M. Lamontagne croit qu'une relation encore plus étroite de la CCIS avec ses membres permettra de mieux faire rayonner les histoires à succès, au-delà du Gala Distinction Desjardins. «Ça prend un réflexe», résume-t-il. En ce sens, la CCIS a annoncé la création d'une nouvelle application mobile pour la promotion et la mise en valeur des membres.

Sur la place publique

Le nouveau président souhaite aussi que la CCIS se débarrasse de l'étiquette de simple club social et qu'elle devienne une ressource pour les gens d'affaires. Il veut également que l'organisme soit considéré comme un agent de prises de position.

Par exemple, M. Lamontagne mentionne que des échanges se sont déjà produits avec la Ville de Shawinigan au sujet de l'explosion de la fameuse taxe d'égout industrielle, qui a augmenté de 475 % en 2016.

«Nous avons consulté et nous avons fait nos représentations à l'hôtel de ville», commente-t-il. «La Ville nous a informés qu'elle étudiait le dossier. Nous allons donc attendre de voir la proposition.»

Enfin, le président propose de développer quelques grands enjeux économiques au cours de la prochaine année et de les porter sur la place publique.

«Nous voulons pousser des dossiers et générer une réflexion», résume-t-il. 

Pour la prochaine année, le comité exécutif de la CCIS sera complété par Philippe Brunel de la microbrasserie Le Trou du diable (secrétaire et trésorier) et Keven Desrochers de Cap acoustique (deuxième vice-président). 

Martine Bouchard (Caisse Desjardins Vallée du Saint-Maurice), Michaël Gervais (Gervais auto), Stéphane Gignac (Imprimerie Gignac), Frédérik Malenfant (PME Inter Notaire Gervais, Bélanger, Aubry, Gélinas et Lefebvre) et Geneviève Trudel (photographe) complètent le conseil d'administration.

La CCIS a également créé un poste d'administrateur désigné pour assurer une bonne représentativité du territoire. Ce siège, qui remplacera celui de président sortant, reste à pourvoir. Un autre poste est vacant sur le conseil d'administration. 

Enfin, notons que dorénavant, le directeur général, Martin St-Pierre, occupera un siège en bonne et due forme autour de la table.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer