Taxe d'égout industriel: Angers attend un rapport

Le maire de Shawinigan Michel Angers.... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan Michel Angers.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La stupéfaction des gens d'affaires touchés par la hausse importante de leur taxe d'égout est évidemment venue aux oreilles du maire de Shawinigan, Michel Angers. Ce dernier ne nie pas qu'une nouvelle modification au règlement pourrait survenir au cours des prochains mois.

Déjà, le conseil municipal a révisé la hausse imposée, mais seulement pour les entreprises industrielles évaluées à moins de 500 000 $. Pour elles, la taxe passe de 0,1159 $ à 0,3998 $ par tranche de 100 $ d'évaluation en 2016. Pour celles dont la valeur surpasse 500 000 $, le taux établi demeure à 0,6664 $ pour le moment. Il a pratiquement été multiplié par cinq par rapport à l'an dernier.

«Je comprends que pour eux, ça crée du mécontentement, avec raison», reconnaît M. Angers. «Il faut peut-être regarder pour faire un ajustement de ce côté-là (pour les entreprises évaluées à plus de 500 000 $). J'ai mandaté toute l'équipe de se pencher là-dessus et de m'amener un rapport précis de l'impact sur les entreprises.»

Le maire ne nie pas les conséquences des fermetures des grandes entreprises de Shawinigan sur les revenus de la Ville, mais en même temps, il fait remarquer qu'un rattrapage devenait nécessaire. Il souhaitait aussi profiter de la baisse de 35 % des valeurs industrielles du nouveau rôle pour rattraper le temps perdu.

«L'augmentation substantielle nous permet de nous rapprocher de la réalité», explique-t-il. «C'était très en bas. De plus, comme l'évaluation a baissé, pour certains, l'impact de cette taxe est inexistant. Mais pour ceux dont l'évaluation est plus élevée, ils prennent le choc.»

Le maire reconnaît que la Ville a «peut-être» sous-estimé l'impact concret de la hausse de la taxe des égouts pour les entreprises manufacturières. «Mais à un moment donné, dans un budget, il faut que ça balance», glisse-t-il. «On ne s'attendait pas à ce que l'évaluation industrielle plante autant que ça, alors il fallait trouver des compensations. Nous avons choisi cette avenue. Est-ce que c'était la mauvaise? Je ne le sais pas, mais on va regarder pour rectifier le tir. Il pourrait y avoir une autre modification au règlement.»

Taxe d'eau

Les tarifs pour les compteurs d'eau font également sursauter dans le dernier règlement sur la taxation.

Traditionnellement, un prix était imposé par 1000 gallons, basé sur la consommation annuelle. Par exemple, une entreprise qui consommait 20 millions de gallons et plus par année payait 0,15 $ pour chaque tranche de 1000 gallons. 

Par contre, si elle ne consommait qu'entre 50 000 et cinq millions de gallons, sa taxe s'établissait à 0,65 $ par 1000 gallons. En somme, plus une entreprise consommait d'eau à Shawinigan, moins ses tarifs étaient élevés.

En 2016, le conseil municipal a décidé d'inverser la pyramide. Ainsi, une entreprise qui consomme entre 50 000 et un million de gallons d'eau par année paiera 0,68 $ par tranche de 1000 gallons. Si elle prend plus de 10 millions de gallons, cette taxe passe à 0,81 $. Ainsi, un grand consommateur industriel voit son tarif au compteur d'eau exploser de 440 % en un an, en passant de 0,15 $ à 0,81$ à chaque millier de gallons utilisés.

Jusqu'ici pourtant, peu de doléances sont parvenues aux oreilles du maire sur ce plan. Chez Shawinigan aluminium par exemple, aucune différence marquée n'a été observée sur le compte de taxes. Il faut dire que l'entreprise négocie actuellement un nouvelle entente d'approvisionnement avec la Ville.

«C'est un autre ajustement qui n'avait jamais été fait dans le passé», se désole le maire. «Ça aurait dû être fait il y a longtemps. Nous avons l'obligation de réduire de 20 % la consommation de notre eau potable (en 2017). On n'a pas le choix!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer