• Le Nouvelliste > 
  • Affaires 
  • > Marché de l'immobilier à Trois-Rivières: ventes en hausse, prix en baisse 

Marché de l'immobilier à Trois-Rivières: ventes en hausse, prix en baisse

Selon les chiffres communiqués par la Chambre immobilière... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Selon les chiffres communiqués par la Chambre immobilière de la Mauricie, avec 327 ventes réalisées au premier trimestre de 2016, le nombre de transactions sur le marché immobilier résidentiel trifluvien a progressé de 4 % par rapport à la même période en 2015. Cette hausse fait suite à deux baisses consécutives enregistrées aux trimestres précédents.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Des ventes qui repartent en hausse, mais des prix qui sont en baisse. Voilà ce qui ressort des plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Trois-Rivières, établies d'après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

Selon les chiffres communiqués par la Chambre immobilière de la Mauricie, avec 327 ventes réalisées au premier trimestre de 2016, le nombre de transactions sur le marché immobilier résidentiel trifluvien a progressé de 4 % par rapport à la même période en 2015. Cette hausse fait suite à deux baisses consécutives enregistrées aux trimestres précédents.

Dans le secteur de Trois-Rivières-Ouest, les ventes ont grimpé de 30 %, avec un total de 65 transactions. Par catégories de propriétés, seul le nombre de copropriétés vendues (25) a diminué comparativement au 1er trimestre de 2015 (32).

Par ailleurs, on observe un recul de 1 % du prix médian des unifamiliales qui s'est fixé à 147 000 $. Si on remarque une hausse du prix médian de l'unifamiliale dans les secteurs de Trois-Rivières Ouest (+ 5 %) et des autres secteurs de Trois-Rivières (+ 2 %), on note une baisse dans Trois-Rivières (- 8 %) et Cap-de-la-Madeleine (- 2 %). La prix des plex (2 à 5 logements) a chuté de 11 %, pour s'établir à 137 250 $.

Si l'unifamiliale prend 105 jours à vendre, en moyenne, pour une augmentation de trois jours, le délai de vente moyen est moins long de cinq jours qu'auparavant pour les plex (2 à 5 logements), soit 96 jours.

De plus, le rapport trimestriel parle d'une baisse de 4 % du nombre de propriétés résidentielles à vendre, avec en moyenne 1013 inscriptions en vigueur à l'échelle de la RMR. Et il y a une forte augmentation de 49 % du nombre de copropriétés à vendre, attribuable à un bond de 40 unités dans le secteur de Trois-Rivières.

«Le recul de l'offre de propriétés à vendre au premier trimestre marque un renversement de la tendance à la hausse qui était observée à ce chapitre depuis trois ans», a commenté Lise Girardeau, directrice générale de la Chambre immobilière de la Mauricie et porte-parole de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) pour la région trifluvienne. «On a plutôt vu une augmentation des inscriptions du côté de la copropriété, mais celle-ci est attribuable à l'ajout d'un projet neuf de plusieurs appartements dans le secteur de Trois-Rivières», renchérit-elle.

Toutes les régions métropolitaines de recensement (RMR) ont enregistré une croissance de l'activité au premier trimestre, à l'exception de Saguenay qui a connu un repli des ventes de 9 %. Les RMR de Gatineau (+ 13 %), de Montréal (+ 10 %) et de Sherbrooke (+ 10 %) ont donné le ton, tandis que les hausses auront été plus modestes du côté de Trois-Rivières (+ 4 %) et de Québec (+ 2 %).

Parmi les plus petits centres urbains, l'agglomération de Val-d'Or s'est encore une fois détachée du lot, avec une impressionnante hausse des ventes de 65 % pour la période de janvier à mars 2016. Les résultats des agglomérations de Baie-Comeau (+ 36 %), de Saint-Jean-sur-Richelieu (+ 30 %) et de Thetford Mines (+ 21 %) sont aussi dignes de mention à ce chapitre. À l'inverse, les diminutions les plus notables ont été observées dans les agglomérations de Mont-Tremblant (- 31 %), de Rivière-du-Loup (- 28 %), de Sept-Îles (- 29 %) et de Shawinigan (- 20 %).

En ce qui a trait aux prix, la hausse à l'échelle de la province demeure similaire à l'inflation, le prix médian des unifamiliales ayant atteint 233 000 $, soit 2 % de plus qu'au premier trimestre de 2015.

«Fait intéressant à noter, après une hausse ininterrompue de plus de cinq ans, le nombre de propriétés à vendre au Québec a diminué au premier trimestre de 2016 pour la toute première fois depuis le deuxième trimestre de 2010», souligne Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la FCIQ. «La baisse des inscriptions en vigueur à l'échelle de la province est surtout attribuable au repli de l'offre de 5 % dans la région de Montréal», a-t-il précisé en conclusion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer