Place à la microbrasserie l'Arsenal

La transformation de la bâtisse du Temps des... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La transformation de la bâtisse du Temps des cerises en microbrasserie est amorcée et les propriétaires Sylvain Desautels et Sylvain Beaulieu contribuent aux travaux.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Charette) Quatre passionnés de bière investissent près d'un million de dollars afin de lancer les activités d'une microbrasserie dans les anciens locaux du Temps des cerises, à Charette.

La bâtisse de l'ancienne cerisaie n'aura pas moisi longtemps sur le marché. Gilles Beaulieu a vendu l'endroit au début de 2016 à ces quatre promoteurs, dont son frère, Sylvain Beaulieu. Les travaux de transformation ont été amorcés pour ouvrir l'Arsenal dès cet été.

«On voulait un site enchanteur, avec de la gueule. Notre but premier est de produire de la bière pour la vente. On va faire déguster nos bières sur place. Il n'y aura pas de service de restauration», explique Sylvain Beaulieu, un mécanicien d'entretien originaire de Saint-Barnabé, mais établi à Repentigny depuis de nombreuses années.

Sylvain Desautels, Sylvain Ménard et Nicolas Gagné complètent l'équipe d'investisseurs avec M. Beaulieu. Ce dernier brasse de la bière depuis trois ans pour son propre plaisir, mais désirait passer à une autre étape.

«L'idée de partir une microbrasserie était dans l'air et les gars ont embarqué. C'est un trip de chums.»

Le quatuor va produire trois bières: une houblonnée (de type India Pale Ale), une rousse et une noire. Le plan d'affaires des promoteurs fixe à 72 000 litres la production de bière durant la première année d'exploitation.

Des bières saisonnières devraient s'ajouter à la production de départ et il n'est pas impossible que l'entreprise brasse une bière de cerise afin de faire un clin d'oeil au passé des lieux.

«Le marché visé est au Québec. La clientèle, ce sont les gens de 18 à 45 ans. C'est une clientèle friande de produits de microbrasseries», estime M. Beaulieu, en rappelant que la tendance actuelle est davantage accentuée sur la dégustation de bière.

Le groupe d'homme d'affaires est actuellement en discussions pour signer une entente avec un distributeur. Ce dernier aura la responsabilité d'offrir les produits de l'Arsenal dans les marchés d'alimentation, les épiceries fines, les dépanneurs et les boutiques spécialisées dans la vente de bières de microbrasseries.

Phénomène plutôt rare il y a à peine 15 ans, les microbrasseries sont aujourd'hui très populaires, notamment en Mauricie. M. Beaulieu croit qu'il y a toujours de la place dans le marché pour une nouvelle entreprise.

«Si on va en Belgique, chaque village a sa microbrasserie», image-t-il.

Trois emplois directs seront créés par l'ouverture de l'Arsenal. Les promoteurs ont déjà trouvé leur brasseur. Les autres employés seront affectés à l'embouteillage, au service, etc. Il est possible que deux ou trois emplois s'ajoutent durant la deuxième ou troisième année d'exploitation de l'entreprise.

À moyen terme, les quatre investisseurs aimeraient lancer un bistro-brasserie (broue pub) à Repentigny, alliant production de bière et service de restauration.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer