Nemaska Lithium enfin chez elle

Toutes les ficelles sont enfin attachées pour permettre... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Toutes les ficelles sont enfin attachées pour permettre à Nemaska Lithium d'intégrer ses quartiers dans l'ancienne papeterie Laurentide. De gauche à droite: Pierre Giguère (député de Saint-Maurice), Michel Angers (maire de Shawinigan), Julie Boulet (députée de Laviolette et ministre responsable de la Mauricie), Guy Bourassa (président et chef de la direction de Nemaska Lithium) et Luc Blanchette (ministre délégué aux Mines).

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le projet Nemaska Lithium a enfin franchi le dernier pas qui le séparait de Shawinigan avec la confirmation, mardi matin, de l'acquisition d'une partie de la propriété de Produits forestiers Résolu qui y a exploité la papeterie Laurentide durant 126 ans. Une transaction de deux millions de dollars qui tracera le chemin vers un investissement total de 348 millions $ sur ce site industriel, dont 38 millions $ pour l'usine phase 1 qui doit toujours être opérationnelle à la fin de l'année en cours.

La frustration de l'attente a laissé place aux taquineries et à la franche camaraderie à la Maison de la culture Francis-Brisson, mardi matin. Le président et chef de la direction de Nemaska Lithium, Guy Bourassa, convient qu'il en avait marre de toujours répondre aux questions sur les délais entourant la prise de possession du site. Le gouvernement semblait particulièrement pointilleux sur les enjeux environnementaux et pour le plan de démolition d'une partie des installations.

«C'est la vraie annonce et on est content de passer à une autre étape!», s'esclaffe-t-il. «C'est un bon investissement pour la Ville de Shawinigan, qui peut conserver pratiquement la moitié de la propriété à coût nul.»

Mardi matin, la ministre du Tourisme et responsable de la Mauricie, Julie Boulet ainsi que le ministre délégué aux Mines, Luc Blanchette, ont notamment confirmé l'attribution d'une aide financière d'un million de dollars provenant du Fonds de diversification de l'industrie forestière de Produits forestiers Résolu à la Société de développement de Shawinigan. 

Dans les faits, PFR a cédé toute cette propriété à la SDS, en plus du site Harmonie et du parc Forman, pour la somme de deux millions de dollars, décontamination comprise. Le bras immobilier de la Ville a vendu une partie de la propriété industrielle à Nemaska Lithium, pour la somme de deux millions de dollars. 

L'aide financière provenant du Fonds Résolu permettra à la SDS de procéder à la reconversion du site pour satisfaire les besoins de Nemaska Lithium. Voilà pourquoi le gouvernement du Québec parle d'un investissement de 2,9 millions $, en comptant l'acquisition et les travaux.

«Il y aura de la démolition à faire, mais beaucoup d'équipements importants nous permettront de faire des gains appréciables», estime le maire, Michel Angers.

Par ailleurs, les ministres ont également confirmé la prise de participation de 10 millions de dollars au capital-actions de Nemaska Lithium, par l'entremise de Ressources Québec, filiale d'Investissement Québec. L'entreprise avait déjà annoncé ce partenariat le 11 mars.

Une subvention de trois millions de dollars attribuée par le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles, dans le cadre du programme Technoclimat, vient compléter le montage pour la phase 1. 

Rappelons qu'en février 2015, Technologies du développement durable Canada avait annoncé une aide financière non remboursable de 12,7 millions $ pour le même projet. Un premier versement de 2,1 millions $ a été effectué en février dernier. Johnson Matthey Matériaux pour Batteries a également consenti une avance exceptionnelle de 12 millions de dollars en échange de produits et de services à venir, en plus d'une garantie d'approvisionnement à long terme en sels de lithium.

M. Blanchette a profité de l'occasion pour établir une distinction entre les minerais «stratégiques» et les ressources plus traditionnelles pour expliquer la confiance du gouvernement dans ce projet.

«Le lithium, c'est un minerai d'avenir», explique-t-il. «On parle des voitures électriques, d'énergie éolienne et solaire; tout est fait à partir de lithium. C'est un des premiers minerais stratégiques que nous allons développer et j'en suis très fier.»

«Nous sommes très heureux de l'aboutissement de ce dossier», témoigne Mme Boulet. «Assurément, d'autres projets pourront être initiés sur ce site extraordinaire, sur le bord de la rivière.»

Effectivement, la SDS et Nemaska Lithium tenteront d'attirer d'autres joueurs industriels, mais aussi la fameuse marina pour favoriser le développement récréotouristique du Saint-Maurice. Le maire, Michel Angers, travaille toujours sur ce projet, d'où l'obsession, répète-t-il, d'éviter un chantier comme celui de la Belgo.

«L'important, pour nous, était de faire une transaction à coût nul et possiblement, d'y faire des gains puisqu'il y aura des opportunités intéressantes», prévoit-il. 

L'usine phase 1 doit entraîner la création d'une vingtaine d'emplois d'ici la fin de l'année. Sa capacité de production annuelle d'hydroxide de lithium tournera autour de 500 tonnes. L'unité commerciale propulsera cette capacité à 32 000 tonnes et entraînera la création d'une centaine d'emplois. Le début de la production de l'usine principale est prévu au troisième trimestre de 2018.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer