Le resto-bar l'Oriflamme ferme ses portes

Le restaurant l'Oriflamme ferme ses portes.... (Photo: Andréanne Lemire Le Nouvelliste)

Agrandir

Le restaurant l'Oriflamme ferme ses portes.

Photo: Andréanne Lemire Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le resto-bar l'Oriflamme ferme ses portes. L'entreprise située à l'intérieur du Salon de jeux de Trois-Rivières a servi ses derniers clients dimanche soir, ce qui met fin à une aventure qui a duré près de sept ans.

Quelque 30 personnes travaillaient à ce restaurant dirigé par une entreprise qui agissait à titre de sous-traitant pour Loto-Québec. Les deux parties étaient liées par un contrat de cinq ans dont l'échéance était fixée au mois de juin 2018.

«D'un commun accord, les parties ont convenu de résilier le contrat», confirme Patrice Lavoie, directeur des communications et des relations de presse de Loto-Québec, en soulignant que cette résiliation se fait sans pénalité.

Invité à expliquer les raisons qui poussent les deux parties à prendre cette direction, M. Lavoie laisse l'occasion au sous-traitant de s'exprimer. Le Nouvelliste a contacté Guillaume Blouin, dont la compagnie était le sous-traitant responsable de l'Oriflamme. Ce dernier a été très peu loquace concernant les raisons de cette fermeture.

«C'est une vente d'opération à Loto-Québec», a-t-il simplement déclaré.

Le cadre de Loto-Québec précise que la société d'État ne rachète pas les opérations du restaurant. Selon lui, cette fermeture n'est aucunement en lien avec une possible baisse de popularité du Salon de jeux.

«L'achalandage est toujours en croissance. Les revenus sont aussi en hausse», déclare M. Lavoie.

Selon des données fournies par Loto-Québec, les revenus cumulatifs du Salon de jeux de Trois-Rivières en 2015-2016, en date du 25 janvier 2016, affichent une croissance de 1,3 million de dollars, soit un bond de 14,4 % comparativement à la même période de l'année précédente. L'achalandage a suivi la même courbe, soit une majoration de 27,8 % en date du 30 janvier 2016.

En réflexion

La direction de Loto-Québec réfléchit à différentes options pour combler les 8000 pieds carrés de l'ex-Oriflamme. Il serait surprenant que Loto-Québec transforme les lieux en nouvel espace de jeux.

«Ce n'est pas dans les plans. Il n'y a pas une volonté, actuellement, d'aller dans ce sens-là. L'offre de jeux n'est pas complète au Québec, mais il faut considérer cette offre de façon globale», explique M. Lavoie.

Le plan de Loto-Québec devrait être annoncé d'ici quelques mois et pourrait de nouveau être en lien avec la restauration.

La fermeture de l'Oriflamme ne met toutefois pas un terme à l'offre alimentaire au Salon de jeux de Trois-Rivières. 

Le bar le Ludo offre un menu bistro à la clientèle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer