Pacini débarque à l'Auberge Gouverneur

La chaîne Pacini a procédé à l'ouverture officielle... (Sylvain Mayerà)

Agrandir

La chaîne Pacini a procédé à l'ouverture officielle de son 29e restaurant en fin d'après-midi mardi, à Shawinigan. Sonia Tremblay (franchisée), Michel Angers (maire) et Nathalie Lehoux (présidente des Restaurants Pacini) ont participé à cet événement.

Sylvain Mayerà

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'audace assumait entièrement sa bipolarité mardi, à Shawinigan. Alors que le syndic Raymond Chabot Grant Thornton organisait la première assemblée des créanciers dans la faillite du Fin quartier en matinée, environ 200 personnes se rassemblaient en fin d'après-midi pour célébrer l'inauguration officielle du restaurant Pacini, accolé à l'Auberge Gouverneur.

Une grosse bouchée pour Sonia Tremblay, propriétaire de l'établissement hôtelier et maintenant, franchisée de la célèbre bannière. L'investissement de 1,2 million de dollars a complètement transformé le restaurant et il entraîne l'embauche de 85 personnes, une soixantaine de plus qu'à l'ancienne Marmite.

Comme plusieurs personnes à Shawinigan, Mme Tremblay a fait un pas de recul lorsqu'elle a appris l'arrêt des activités au Fin quartier, le 8 mars. Dans le dernier droit de ses travaux de transformation, elle n'avait pas le temps de se demander si son investissement devenait soudainement trop ambitieux. Elle ne pouvait que foncer et mardi soir, la femme d'affaires semblait transportée par la participation massive à son activité d'inauguration.

«Je sympathise beaucoup avec Nathalie Milette, que je connais et qui a travaillé très, très fort dans son projet», commente Mme Tremblay. «Par contre, les choses sont différentes ici. Je ne suis pas si sans filet que ça quand on part une franchise comme Pacini. C'est une bannière qui est connue. L'offre est différente et le consommateur est différent. Elle partait carrément un concept, alors ça ne se compare pas.»

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, était attendu mardi soir à Québec pour recevoir un premier prix pour des travaux d'infrastructures municipales. Il a préféré demeurer dans sa ville pour souligner une nouvelle fois l'audace d'une femme d'affaires.

«Je tenais à être ici pour plusieurs raisons», explique-t-il. «Je veux dire à Sonia bravo et surtout, merci de croire. Quand je suis entré ici, je suis resté bouche bée devant la beauté du restaurant.»

«Quand on parle de développement économique, ça prend des gens qui y croient. On a triplé le nombre de personnes qui vont travailler ici. C'est digne de mention.»

En demande

Ce nouveau restaurant arrive au moment où le printemps se pointe le bout du nez et surtout, après deux ans de travaux qui ont donné des cauchemars aux commerçants du centre-ville. Le moment ne pouvait être mieux choisi pour lancer ce Pacini, mais Mme Tremblay assure qu'elle n'a pas retardé le projet pour éviter les inconvénients de chantiers. Les discussions avec la chaîne, rappelle-t-elle, se sont échelonnées sur 18 mois.

«Ça nous était tellement demandé !», relate-t-elle. «Les gens de Shawinigan attendaient ça, un Pacini avec un bar sportif. Je ne suis pas inquiète.»

Mme Tremblay a tenu à souligner le caractère innovateur de l'étroite collaboration entre deux franchises québécoises de l'hôtellerie et de la restauration pour mener ce projet à terme.

Le restaurant de 171 places possède deux salons privés, un bar sportif et même une épicerie fine. Un service de banquet est également offert.

Il s'agit du 29e restaurant de la populaire chaîne.

«Nous sommes en croissance», sourit Nathalie Lehoux, présidente des restaurants Pacini. «Nous ouvrirons notre 30e restaurant à Banff en juin, dans un hôtel également.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer