Marché de Pâques: une tradition qui se poursuit

Les conditions météorologiques ont un peu nui à... (Olivier Croteau)

Agrandir

Les conditions météorologiques ont un peu nui à l'achalandage du 5e Marché de Pâques au Marché Godefroy. Les marchands ont toutefois pu y faire de bonnes affaires.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La tradition se poursuit en Mauricie alors que les différents marchés publics ont ouvert leurs portes pour le Marché de Pâques. Si le froid et les précipitations de la semaine dernière en ont découragé certains de se déplacer, les irréductibles se sont présentés aux comptoirs pour faire le plein de victuailles pour le congé pascal.

La jeune entreprise Fratelli Fins Fromages avait même convié les clients à une tablée de Pâques qui débordait de produits locaux au Marché public de Shawinigan. La propriétaire Claudine Juneau souhaitait célébrer Pâques, la venue du printemps, mais aussi faire découvrir les produits d'ici. Entre autres, la fromagerie F. X. Pichet de Sainte-Anne-de-la-Pérade y présentait ses fromages maintes fois récompensés. «Je veux montrer aux gens qu'il y a de beaux produits en Mauricie qui peuvent être distribués facilement grâce au marché», mentionne Claudine Juneau.

Cette dernière vivait son baptême du grand week-end de Pâques au Marché public de Shawinigan. En effet, son comptoir a été mis sur pied en décembre dernier. Elle avait l'impression de revivre un «mini-Noël».

Elle constate avoir répondu à un besoin des clients pour les fromages fins qui n'était pas comblé. «Dès les premiers instants, j'avais l'impression d'être devant des clients en manque de fromage. Ça tremblait devant mon comptoir», raconte-t-elle.

Claudine Juneau de Fratelli Fins Fromage vivait son... (Olivier Croteau) - image 2.0

Agrandir

Claudine Juneau de Fratelli Fins Fromage vivait son baptème du grand week-end de Pâques au Marché public de Shawinigan. Elle avait l'impression de revivre un «mini-Noël».

Olivier Croteau

Le jambon fumé de la boucherie Jean-Guy Nobert a encore une fois été fort populaire. «Pâques, c'est pratiquement comme Noël pour nous. Les gens reviennent chaque année et me disent ''je vais prendre mon jambon, comme d'habitude''. C'est une belle tradition», confie le fondateur de la boucherie qui porte son nom. 

Il se réjouit de voir des clients qui avaient délaissé le marché redécouvrir le nouveau marché. Depuis les rénovations et le changement d'horaire qui fait que le marché est ouvert 5 jours par semaine, son chiffre d'affaires a augmenté de 50 %. Il remarque également que la clientèle est plus diversifiée qu'avant. 

La directrice générale du Marché public de Shawinigan, Justine Prud'homme, remarque une hausse de l'achalandage durant le week-end pascal. «Les gens aiment se procurer des produits un peu plus raffinés. Ils ont pris l'habitude de venir [ici]. Ceux qui viennent pour le première fois reviennent par la suite. C'est une belle fin de semaine.» Sans aucun doute, la température a été de leur côté. «On se souvient des années où on était sous la neige avec une grosse tempête. C'est année, c'est parfait, c'est doux», reconnaît-elle. 

Quant au Marché Godefroy, malgré la tradition que l'on tente de perpétuer depuis maintenant cinq ans, le Marché de Pâques a été légèrement en-deça des attentes durant les deux fins de semaine d'ouverture. «Il n'y a pas de progression de l'achalandage à cause du froid. On y a goûté un petit peu. Mais les marchands font des bonnes affaires quand même», résume Steve Gauthier, directeur général du Marché Godefroy. «Le Marché de Pâques, c'est plutôt rare au Québec et c'est quelque chose qu'on essaie d'instaurer avec le temps. Quelquefois, la nature n'est pas de notre côté. Cette année, il y a eu beaucoup de froid, de la glace. Ça n'aide pas les gens à traverser le pont», constate-t-il. 

Le Marché de Pâques est l'occasion pour lui de «tester» de nouveaux exposants. «On se permet de recevoir des exposants qui ne peuvent pas venir l'été. Boulangerie spécialisée, bijoux, fudge: il y a toutes sortes de produits que les marchands peuvent venir essayer ici et les faire découvrir à notre clientèle», explique Steve Gauthier. «Et peut-être que ça pourrait déboucher sur une présence régulière même l'été».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer