Assurance-emploi: réaction mitigée du MAC

«Un trop petit pas, mais dans la bonne... (La Presse)

Agrandir

«Un trop petit pas, mais dans la bonne direction». Voilà comment le Mouvement Action-Chômage de Trois-Rivières résume sa réaction aux mesures sur l'assurance-emploi contenues dans le budget fédéral.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «Un trop petit pas, mais dans la bonne direction». Voilà comment le Mouvement Action-Chômage de Trois-Rivières résume sa réaction aux mesures sur l'assurance-emploi contenues dans le budget fédéral «qui reste encore loin de corriger tous les torts causés par le dernier gouvernement, outre la fin de l'odieuse obligation de rechercher des emplois à des salaires dérisoires et éloignés de son lieu de résidence».

«On est loin de sortir le champagne. Certes, l'élément le plus controversé de la réforme, soit la définition d'emploi convenable, a été éliminé, mais qu'est-ce que le gouvernement a fait par rapport au Tribunal de la sécurité sociale? Qu'est-ce qu'il a fait pour régler le problème du trou noir pour les travailleurs québécois qui occupent des emplois saisonniers et qui n'arrivent pas à faire la roue entre les deux emplois?», questionne la directrice générale, Catherine Gendron.

À cet effet, Ottawa a réintroduit la mesure qui permettait de verser jusqu'à cinq semaines de prestations supplémentaires. «Le problème, c'est que cette mesure s'adresse dorénavant aux 12 régions ayant enregistré la plus grosse hausse de leur taux de chômage et non plus celles où le taux de chômage est très élevé. Donc, malheureusement, aucune région du Québec ne pourra en bénéficier», déplore-t-elle.

Celle-ci salue néanmoins l'abolition de la règle discriminatoire s'adressant aux nouveaux arrivants sur le marché du travail qui les obligeait à cumuler 910 heures assurables pour être admissibles à l'assurance-emploi. Et elle se réjouit également que le gouvernement fédéral investisse «enfin» afin d'améliorer les services offerts aux chômeurs et d'accélérer le traitement des demandes de prestation.

Mais pour le MAC de Trois-Rivières, les mesures contenues dans le budget 2016 demeurent insuffisantes. «Des améliorations substantielles doivent être apportées au régime d'assurance-emploi afin qu'il protège réellement les gens qui perdent leur emploi», soutient Mme Gendron.

D'où les demandes suivantes: seuil d'accessibilité de 350 heures ou 13 semaines, taux de prestations d'au moins 70 % basé sur les 12 meilleures semaines, abolition des exclusions de plus de six semaines, l'abrogation complète de la réforme Harper, un minimum de 35 semaines de prestations, ajout de 1 à 5 semaines de prestations supplémentaires pour les régions à haut taux de chômage, protection de la caisse d'assurance-emploi afin que les cotisations ne servent qu'au versement de prestations.

«Et toujours rien en matière de prestations de maladie. Nous continuerons donc à revendiquer un régime juste et universel pour toutes et tous et une augmentation du nombre de semaines de prestations maladie», a-t-elle conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer