Nemaska Lithium: «Pas question qu'on manque ce projet»

Guy Bourassa, président et chef de la direction... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Guy Bourassa, président et chef de la direction de Nemaska Lithium, était l'invité de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan mercredi matin.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) «Je vais me permettre une petite pointe, monsieur le maire. J'espère que nous aurons bientôt d'autres retombées économiques que l'organisation de déjeuners à Trois-Rivières et à Shawinigan!»

Le président et chef de la direction de Nemaska Lithium, Guy Bourassa, s'est permis cette boutade mercredi matin, devant environ 80 membres de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan qui s'étaient déplacés à l'Auberge Gouverneur pour prendre connaissance du cheminement de ce projet sur la propriété de l'ancienne papeterie Laurentide. 

Ce clin d'oeil n'en cachait pas moins une pointe d'exaspération, puisqu'il a répété les mêmes propos à la fin de sa conférence.

Pour M. Bourassa, il s'agit d'une deuxième tribune du genre dans la région en moins de deux mois. Le 5 février, il avait proposé la même conférence aux Manufacturiers de la Mauricie et du Centre-du-Québec, à Trois-Rivières. Outre l'explication du projet et ses retombées pour Shawinigan, le dirigeant reconnaît qu'il attend toujours des confirmations pour intégrer le site pour de bon.

«Nous finalisons l'entente pour la prise de possession», voilà une marotte que M. Bourassa répète depuis l'automne dernier. 

Lors de l'annonce du projet en septembre, Nemaska Lithium devait devenir propriétaire du site le 1er janvier, avec possibilité d'intégrer les installations dès octobre. 

Encore mercredi, le président et chef de la direction ne pouvait que répéter qu'il s'attendait à être chez lui à Shawinigan «d'ici quelques semaines, maximum».

«Il y a eu des délais, mais pas de notre part, dans le démantèlement ou le déplacement de pièces d'équipement qui étaient dans des bâtiments dont nous avons besoin, soit l'ancien atelier d'usinage et la réception de la pâte», ajoute-t-il. 

«Maintenant, c'est prêt. On va donc y accéder en avril.»

M. Bourassa maintient que le calendrier du projet n'est pas trop perturbé. Devant les membres de la CCIS, il a précisé que l'usine de la phase 1 devrait être terminée en décembre pour permettre un début d'exploitation dans les premiers mois de 2017.

Or, pas plus tard que le 2 février, Nemaska Lithium prévoyait que la construction de cette usine commence «au cours du premier trimestre de 2016». L'horizon de production de l'usine commerciale est toujours fixé en 2018. «Ça ne retarde pas le projet dans son ensemble», martèle M. Bourassa. «Ça va nous mettre plus de pression sur le plan des délais pour l'assemblage des équipements, mais nous avons quand même avancé l'ingénierie de détail, nous avons commandé des équipements. Nous avons des travaux préparatoires à faire qui commenceront, selon moi, en avril.»

Rappelons que la phase 1 impliquera des investissements estimés à 38 millions de dollars au cours des deux prochaines années, avec un budget d'exploitation de 6,5 millions $. À pleine capacité, elle devrait produire 500 tonnes d'hydroxide et de carbonate de lithium par année et embaucher une vingtaine d'employés. 

Cette unité servira aussi de plateforme de formation pour l'usine commerciale, dont la capacité de production atteindra 32 000 tonnes par année. Son exploitation entraînera la création d'une centaine d'emplois.

Pas un sauveur

Au cours de sa conférence, M. Bourassa a notamment voulu relativiser les attentes du milieu par rapport à ce projet d'intégration.

Il rappelle que Nemaska Lithium ne produit toujours aucun revenu et que dans le monde minier, cet investissement d'environ 500 millions de dollars, qui comprend l'exploitation de la mine Whabouchi, ne représente rien d'extravagant.

«Ce n'est pas un immense projet; ce n'est pas ça qui va sauver la région», fait-il remarquer. «Mais ça reste une pas pire ancre pour un bateau!»

En entrevue, M. Bourassa précise qu'il demeure bien conscient des attentes, mais semble confiant de les rencontrer.

«On ne se représente pas comme un messie, mais comme une pierre d'assise solide», image-t-il. «Nous avons le meilleur projet au monde dans le secteur du lithium. Il n'est pas question qu'on manque ce projet. Nous sommes capables de vivre avec toute la pression qui vient avec.»

Fait intéressant, M. Bourassa n'a pas nié que l'entreprise pouvait intéresser des manufacturiers de voitures électriques.

«Dans ce secteur, il y a plein de choses qu'on ne peut pas dire», esquive-t-il. «Le seul fabricant de véhicules électriques qui s'est intégré verticalement, avec la décision de faire sa propre usine de fabrication de batteries, c'est Tesla. Si on parlait de GM, on pourrait penser de faire affaires avec LG Chemical, fournisseur unique de la Bolt et de la Volt. Ce n'est pas nécessairement un fabricant de voitures qui sera notre cible, mais également des grands fabricants comme LG ou Panasonic.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer