Oléoduc: le Comité vigilance aux aguets

Pierre Foisy... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Pierre Foisy

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Comité vigilance hydrocarbures de la MRC de Maskinongé continue de talonner le conseil des maires de la MRC de Maskinongé au sujet du projet d'oléoduc d'Énergie Est.

Michel Isabelle ... (Archives, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Michel Isabelle 

Archives, Le Nouvelliste

Le comité opposé à ce projet veut inciter la MRC à déposer un mémoire devant le Bureau des audiences publiques sur l'environnement afin de faire valoir les risques liés à la réalité du territoire de cette MRC si jamais le pipeline est réalisé.

Cette demande du comité a été déposée mercredi, lors de la dernière séance du conseil des maires de la MRC de Maskinongé.

Selon Pierre Foisy, la MRC devrait prendre cette voie afin de permettre aux commissaires du BAPE de bien connaître la particularité des sols dans Maskinongé.

«Notre sol est argileux à Maskinongé, à Louiseville, à Yamachiche. Le tracé du projet d'oléoduc traverse plusieurs rivières qui ont déjà connu des glissements de terrain importants. On pose la question pour savoir si des évaluations ont été faites sérieusement», mentionne M. Foisy, citoyen de Saint-Édouard-de-Maskinongé et membre du comité.

Ce comité appuie son opposition sur les risques potentiels de déversement résultant d'une fuite du tuyau. Il réclame depuis longtemps auprès de la MRC la réalisation d'une étude indépendante portant sur les risques d'une telle infrastructure.

«On est des citoyens bien intentionnés, on a l'intention de présenter un mémoire au BAPE comme citoyens. Mais on souhaite que la MRC, qui a plus d'autorité, présente un mémoire. Il y a d'autres communautés qui se sont opposées au projet, Montréal, Laval, Montmagny, (la MRC) d'Autray. On arrive ici et c'est un autre royaume», estime M. Foisy.

Michel Isabelle reconnaît volontiers le droit de certains citoyens et de certaines municipalités de s'opposer à l'oléoduc. Le préfet suppléant précise toutefois que chaque entité a sa façon de faire, tout en soulignant que la position de la MRC de Maskinongé adoptée en août dernier est toujours en vigueur.

«On ne dit pas oui à l'oléoduc. Notre résolution met des balises et c'est sensiblement les mêmes balises que le ministère de l'Environnement. Le BAPE se penche là-dessus, l'Office nationale de l'énergie fera ses recommandations. Personnellement, je fais confiance aux instances gouvernementales. On vit dans une société démocratique et chacun peut donner son opinion. Mais à la fin, il faut faire confiance à notre système.»

Cela étant dit, Michel Isabelle affirme que le conseil des maires ne rejette pas la requête du Comité vigilance hydrocarbures. Le préfet adjoint assure qu'elle sera étudiée.

«Est-ce que la MRC a des caractéristiques uniques que le BAPE aurait avantage à connaître en audience? On n'est pas rendu là. Je ne suis pas capable de dire maintenant si on va donner suite, dans le sens de la volonté du comité. Je veux en discuter avec le préfet (Robert Lalonde, qui était absent mercredi soir) et avec notre service d'aménagement qui a toutes les cartographies», ajoute M. Isabelle, en soulignant que la MRC ne tardera pas à régler ce dossier.

Les personnes et les instances ont jusqu'au 31 mars pour signifier au BAPE leur intention de déposer un mémoire. Ce document devra être déposé d'ici le 20 avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer