Une saison hivernale incomparable au centre-ville de Trois-Rivières

À pareille période l'an dernier, la concentration de fermetures de places... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À pareille période l'an dernier, la concentration de fermetures de places d'affaires avait passablement miné le moral des commerçants du centre-ville de Trois-Rivières. Mais en cette fin d'hiver 2016, «c'est le jour et la nuit», s'exclame le président de la Société de développement commercial, Patrick Dupuis.

«On a le vent dans les voiles, ça va bien, il y a beaucoup de positif. Normalement, l'hiver, il ne se passe pas grand-chose, il n'y a pas beaucoup de rénovations. Mais de plus en plus, il y a de l'argent qui se met dans le centre-ville. Et les gens de l'extérieur viennent s'y installer en plein coeur, comme les Soeurs Grises, de Montréal, et le Bureau de poste, de Québec», fait-il remarquer avec enthousiasme.

Celui-ci admet que les fermetures successives des premiers mois de 2015 avaient fait oublier les 22 ouvertures ou réouvertures de commerces qui ont pourtant suivi. «C'était un hiver extrêmement froid et tout était un peu morose en début d'année», se rappelle le propriétaire de La Boîte à Coupe.

Or, à l'aube du printemps, c'est plutôt l'effervescence qui prévaut au centre-ville trifluvien avec l'Hôtel Oui GO! qui a ouvert ses portes avec succès et des établissements comme Le Carlito et Le Temple qui ont refait peau neuve, histoire de se présenter sous un nouveau jour.

Le président de la Société de développement commercial... (Stéphane Lessard) - image 2.0

Agrandir

Le président de la Société de développement commercial du centre-ville de Trois-Rivières, Patrick Dupuis.

Stéphane Lessard

«Il y a un regain d'énergie. L'Amphithéâtre aide pour beaucoup. On va avoir l'une des meilleures années. Tous les ingrédients sont là pour que ça marche. Il faut juste avoir du beau temps pour tout l'été et on va être correct», ajoute M. Dupuis.

En attendant, celui-ci mise beaucoup sur la première édition de Trois-Rivières à table qui aura lieu du 16 au 29 mars prochain. Ce festival mettra en vedette dix restaurateurs qui offriront une table d'hôte trois services au coût de 29 dollars en mettant de l'avant les produits locaux. On songe déjà à répéter l'expérience dès cet automne.

Finalement, le service de valets-parking, lancé comme projet-pilote au début du mois de janvier pour les soirées du jeudi, vendredi et samedi, sera réévalué alors qu'il doit se poursuivre jusqu'en avril. «Cela n'a pas été à la hauteur de nos espérances, en raison d'un concours de circonstances, soit la rénovation de la salle Thompson et de certains restaurants. Nous allons en discuter avec les membres», conclut celui qui aura sûrement l'occasion de le faire lors de l'assemblée générale du 23 mars prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer