Baie-du-Febvre perd sa caisse

C'est au tour de la Caisse Desjardins de... (Jonathan Filion)

Agrandir

C'est au tour de la Caisse Desjardins de Nicolet (sur la photo) «d'ajuster sa présence physique en fonction des besoins évolutifs de ses membres». C'est ainsi que d'ici l'automne 2016, le Centre de services de Baie-du-Febvre fermera ses portes.

Jonathan Filion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Baie-du-Febvre) Desjardins n'est pas en mouvement seulement sur la rive nord. Après une série de fermetures à Trois-Rivières, voilà que c'est au tour de la Caisse Desjardins de Nicolet «d'ajuster sa présence physique en fonction des besoins évolutifs de ses membres». C'est ainsi que d'ici l'automne 2016, le Centre de services de Baie-du-Febvre fermera ses portes afin d'adapter l'offre de services aux nouvelles habitudes transactionnelles et de déplacement des membres.

«C'est comme un coup dans les jambes alors qu'on est en pleine planification stratégique à Baie-du-Febvre. Perdre le point de service a un impact majeur au niveau de notre municipalité, tant pour les commerces que pour les personnes âgées. Nos citoyens réagissent fortement», a commenté le maire Claude Lefebvre, dont la population est sous la barre des 1000 habitants.

À l'heure où 96 % des 4,7 millions de transactions effectuées à la Caisse Desjardins de Nicolet se font ailleurs qu'au comptoir, les dirigeants disent n'avoir d'autre choix que de se questionner afin d'ajuster la façon dont la Caisse offre ses services à ses membres.

«Seulement 0,3 % des transactions sont faites au comptoir de Baie-du-Febvre et malgré notre présence physique, 90 % des membres de Baie-du-Febvre utilisent les moyens technologiques mis à leur disposition pour effectuer leurs transactions ou font affaire dans les autres centres de services de la Caisse lors de leurs déplacements», fait savoir le président du conseil d'administration, René Vouligny.

Depuis les cinq dernières années, on dénote une baisse de 31 % de l'utilisation du comptoir et une diminution de 19 % des transactions aux guichets automatiques, comparativement à une hausse de 58 % des transactions par AccèsD Internet et sur appareils mobiles.

«Nous sommes bien conscients que des membres auront à changer quelques habitudes. C'est pourquoi la Caisse va communiquer personnellement avec les 75 membres qui utilisent exclusivement ce centre de services pour leur offrir l'accompagnement nécessaire et identifier les solutions les plus appropriées à leur situation. Pour les personnes à mobilité réduite, ces dernières sont également invitées à communiquer avec la Caisse afin de nous faire part de leurs besoins particuliers», précise le directeur général, Richard Isabelle.

Quatre centres de services demeurent à la disposition des membres, dont trois dans un rayon de moins de 15 kilomètres, répartis stratégiquement sur le territoire de la Caisse en fonction des habitudes de déplacement de ceux-ci.

«Les activités du Centre de services cesseront à compter du moment où la bâtisse sera vendue, ou au plus tard à l'automne 2016. Le guichet automatique sera également retiré puisque, comme le service au comptoir, le nombre de transactions n'est pas suffisant pour couvrir les coûts de maintien du service tout en respectant les normes de sécurité Desjardins», a-t-on indiqué par voie de communiqué.

Compte tenu des changements importants qui touchent les habitudes des membres, les dirigeants évaluent également différentes façons d'ajuster l'offre des autres centres de services de la Caisse.

«Des ajustements à nos heures d'ouverture en fonction de l'achalandage ainsi que le réaménagement des espaces grâce aux partages de locaux sont aussi prévus cette année», prévient M. Vouligny. Les détails seront communiqués au cours des prochaines semaines.

Malgré les changements apportés à son réseau, la Caisse Desjardins de Nicolet dit demeurer l'institution financière la plus accessible de son milieu. Forte d'un actif de 627,8 millions de dollars et d'une équipe de 60 employés qui dessert près de 17 500 membres, elle est le plus important réseau d'experts en services financiers de la région, tant pour les particuliers que pour les entreprises.

«En tant que coopérative financière, la Caisse est également fortement enracinée dans son milieu et entend le demeurer. Elle se distingue par son engagement humain et financier dans sa communauté. L'an dernier, la Caisse a retourné 1,3 million de dollars aux membres et à la collectivité, ce qui représente plus de 3600 $ par jour», a-t-on conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer