Cent participants au Startup Weekend

Étienne St-Jean, David Brouillette, Andrew D'Amours et Joey... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Étienne St-Jean, David Brouillette, Andrew D'Amours et Joey Hébert font partie du comité organisateur du Startup Weekend de Trois-Rivières.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le succès remporté lors du premier Startup Weekend de Trois-Rivières, en 2015, déborde sur celui de 2016: quelque 100 participants seront de la partie en fin de semaine afin de travailler à l'émergence de nouveaux projets d'entreprises dans un blitz de 54 heures.

La première édition de cet événement avait attiré 65 personnes. Les organisateurs ont constaté avec joie que cette participation allait augmenter de plus de 50 % cette année.

«On a manqué d'espace, on a dû bloquer le nombre de participants à 100. On a refusé des gens», explique Andrew D'Amours, membre du comité organisateur de l'événement.

Cet événement, qui se déroule de vendredi à dimanche à l'UQTR, attire principalement des gens de la Mauricie. Plusieurs d'entre d'eux en seront à leur première présence au Startup Weekend de Trois-Rivières afin de lancer différentes idées d'entreprises. Tous pourront profiter de la présence d'une vingtaine de mentors prêts à les aider à démarrer une compagnie.

«Le but premier est de promouvoir l'entrepreneuriat, continue M. D'Amours. Tous les outils sont là pour aider les participants à lancer une entreprises. Les 10, 12 meilleures idées sont retenues et les participants se réunissent autour de ça pour bâtir un modèle d'affaires, un prototype, un site Web.»

Le premier Startup Weekend de Trois-Rivières a permis la naissance d'une entreprise spécialisée dans le courtage des services de télécommunications. Deux autres idées qui ont émergé de cet événement sont toujours en développement. L'activité a aussi entraîné la relance du Club d'entrepreneurs étudiants de l'UQTR.

Selon Étienne St-Jean, toutes ces retombées sont positives quand on sait que le tiers des Québécois ayant l'intention d'entreprendre va de l'avant.

«Ce qui est important est de mettre les gens en action. Avec le Startup, les gens qui ont l'intention d'entreprendre se rendent compte que ce n'est pas si compliqué, se lancer en affaires. Et c'est aussi une activité de réseautage: tu rencontres quelqu'un qui est fort en marketing, un autre qui est fort en design, etc.», raconte le titulaire de la Chaire de recherche de l'UQTR sur la carrière entrepreneuriale.

Les projets développés durant la fin de semaine seront soumis à un jury composé de femmes et d'hommes d'affaires. L'équipe gagnante méritera un prix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer