Le Carlito devient La maison de débauche

Martin Lampron et Dany Bruneau sont les propriétaires... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Martin Lampron et Dany Bruneau sont les propriétaires de La maison de débauche par le Carlito.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Carlito s'inspire de l'histoire de la rue des Forges pour offrir un nouveau concept à sa clientèle et accentuer sa réputation de lieu festif.

La maison de débauche par le Carlito est la nouvelle appellation de l'établissement. Dany Bruneau et Martin Lampron ont investi plus de 200 000 $ dans la refonte de l'image du resto et dans un nouveau décor. Le menu revisité fait une grande place à l'abondance de bouffe et d'alcool, une ambiance inspirée du défunt Club St-Paul, un lieu qui a marqué la vie nocturne de Trois-Rivières de par son offre varié de sources de plaisir.

«Ça fait plus d'un an qu'on pensait changer le Carlito. Ça marchait encore beaucoup, mais après 12 ans, ça prenait un challenge pour se remotiver. Et on ne voulait pas attendre que les affaires baissent. On demeure un resto-lounge avec le côté party en gang. Mais que tu sois deux ou dix personnes, tout le monde va apprécier», commente M. Bruneau à la suite d'une conférence de presse tenue mercredi.

L'établissement a fermé ses portes durant les six dernières semaines afin de procéder à la transformation des lieux. Les habitués de la place remarqueront dès jeudi que les banquettes le long du mur ont été remplacées par des tables et que le bar a quitté le centre du restaurant pour se rapprocher de l'avant.

«Notre carte des vins sera bonifiée, on augmente le nombre de bières et on amène un concept de partage, la ripaille, qui est une assiette (de nourriture accompagnée de boissons) pour 10 personnes et plus. Le concept est d'avoir une orgie de bouffe, de plaisir», continue Martin Lampron.

Le menu continue d'offrir les valeurs sûres de l'endroit, mais propose aussi des nouveautés comme le boudin noir et le porcelet de lait. Conscients de la situation économique, les propriétaires visent à suggérer des plats rehaussés à des prix plus bas.

L'audace et la vision des deux hommes d'affaires ont été saluées par les gens de la Chambre de commerce et d'industrie de Trois-Rivières et de la Société de développement commercial lors de la conférence de presse. Pour Dany Bruneau, il ne faisait aucun doute que le resto allait demeurer au même endroit.

«On n'a jamais pensé à quitter le centre-ville. C'est ici que ça a commencé», conclut M. Bruneau, très confiant en l'avenir du centre-ville grâce notamment à la présence de l'Amphithéâtre Cogeco.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer