Chute drastique en 2015

La valeur des permis de construction industriels a... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La valeur des permis de construction industriels a chuté d'une manière significative en 2015 à Bécancour.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Alors que la valeur des permis de construction industriels a chuté d'une manière significative en 2015, la Ville de Bécancour vient pourtant d'adopter un règlement qui revoit à la baisse le programme non résidentiel de crédits de taxes à partir de 2018.

Ainsi, pour les permis émis au plus tard le 31 décembre 2017, le crédit est équivalent à 100 % des taxes foncières sur la valeur imposable additionnelle, de moins de 100 millions de dollars, pour chacun des trois exercices financiers qui suit la date d'effet du certificat. Et si le tout est supérieur à 100 millions de dollars, une quatrième année d'exemption est accordée.

Or, pour les permis qui seront émis après le 31 décembre 2017, le crédit sera équivalent à 100 % des taxes foncières seulement sur la tranche de la valeur imposable additionnelle de moins de 25 millions de dollars. Entre 25 et 100 millions de dollars, ce crédit ne sera plus que de 50 %.

Le règlement fut adopté lors de la dernière séance ordinaire du conseil municipal présidé par le maire suppléant Fernand Croteau, en l'absence de Jean-Guy Dubois en vacances.

«On a toujours eu ce crédit de taxes, mais on a modifié notre programme», a indiqué au Nouvelliste le directeur du Service des finances, Daniel Brunelle.

Selon lui, la dernière entreprise à avoir bénéficié d'un tel congé de taxes est TRT ETGO. Cette importante usine de transformation de graines oléagineuses est entrée en production en 2010. Elle fut vendue l'an dernier à l'entreprise Viterra.

C'est d'ailleurs grâce à TRT ETGO que la valeur des permis de construction industriels aura atteint 12,3 millions de dollars en 2014. À elle seule, la construction de deux silos circulaires pour l'entreposage du tourteau et de deux réservoirs d'huile de soya ou canola représentait un montant de dix millions de dollars.

À cela sont venus s'ajouter l'agrandissement de la Fromagerie L'Ancêtre (340 000 $) et d'Usinage Protech (250 000 $), ainsi que la construction d'un dôme d'entreposage à l'Aluminerie de Bécancour (200 000 $) et d'un bâtiment accessoire chez Pagé Construction (225 000 $).

Par contre, en 2015, la valeur totale des permis de bâtir industriels aura été inférieure à 2,4 millions de dollars.

Parmi les 13 permis émis contre 22 l'année précédente, on note la rénovation des vestiaires à l'Aluminerie de Bécancour, pour 860 000 dollars, la rénovation du bâtiment de l'usine LaPrade, à raison de 700 000 dollars, et l'agrandissement du bâtiment principal chez Canadoil Forge, pour 210 000 dollars.

En tenant compte aussi des autres types de permis de construction (résidentiel, institutionnel, gouvernemental, commercial et agricole), la valeur totale sera passée de 39,3 millions de dollars en 2014 à 18,7 millions de dollars l'an dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer