Julie Boulet accueillie à bras ouverts par le milieu touristique

Le directeur général de la Cité de l'énergie,... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur général de la Cité de l'énergie, Robert Trudel.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le milieu touristique de la Mauricie est emballé par la nomination de Julie Boulet à la tête du ministère du Tourisme. À l'heure où la région mise plus que jamais sur ce créneau économique, les intervenants de cette industrie estiment que le retour de la députée de Laviolette dans le cercle fermé des ministres est de bon augure pour le tourisme régional.

Steve Dubé, le directeur général de la Corporation... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Steve Dubé, le directeur général de la Corporation des événements de Trois-Rivières.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Le directeur général du Festival western de Saint-Tite,... (Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Le directeur général du Festival western de Saint-Tite, Pascal Lafrenière. 

Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Le directeur de la Cité de l'énergie, Robert Trudel, a appris la nouvelle de la nomination de Julie Boulet au poste de ministre du Tourisme dès l'aurore en ouvrant sur sa tablette électronique l'édition quotidienne du Nouvelliste.

«J'ai pris trois ou quatre cafés de suite pour bien me réveiller afin de profiter de la journée. Je suis extrêmement heureux qu'elle soit revenue comme ministre. Elle le méritait et en plus ministre du Tourisme. Que peut-on demander de mieux pour la région, la Cité de l'énergie, Shawinigan et Trois-Rivières?», lance-t-il d'emblée.

«Elle a de plus une connaissance du tourisme qui est très approfondie. Elle a aussi une connaissance des régions et de leurs besoins. Cela va faire la différence par rapport aux ministres du Tourisme qui n'étaient pas des régions. [...] Si je prenais de l'alcool, j'ouvrirais une bouteille de Champagne. C'est mon cadeau de fête et de Noël à l'avance.»

À Saint-Tite, la municipalité natale de Julie Boulet, on se réjouit également des nouvelles fonctions de la députée de Laviolette. Celle qui a été présidente du Festival western de Saint-Tite avant son saut en politique connaît bien le plus gros événement touristique présenté à l'extérieur de Montréal et de Québec.

«Julie Boulet est associée au Festival western. L'événement est parti de l'entreprise Boulet et elle a été présidente en 1997. Elle connaît bien l'organisation et le secteur touristique. C'est pour nous une source de fierté», explique de son côté le directeur général du Festival western, Pascal Lafrenière.

Le directeur général de la Corporation des événements de Trois-Rivières, Steve Dubé, accueille également favorablement cette nomination. Il estime qu'il s'agit «d'une excellente nouvelle».

«Trois-Rivières fait de grands efforts pour développer le tourisme et l'événementiel. D'avoir une ministre dans la région qui connaît les enjeux et les dossiers d'ici et qui pourra les présenter à Québec, c'est certain que c'est un atout», précise-t-il. «Pour la construction de l'Amphithéâtre, 13,5 millions $ provenaient du gouvernement du Québec et c'est Mme Boulet qui avait travaillé sur ce dossier. Le tourisme est un apport économique important pour Trois-Rivières.»

Par voie de communiqué, Tourisme Mauricie et Tourisme Centre-du-Québec ont salué la nomination de Julie Boulet à la tête du ministère du Tourisme. «Nul doute qu'elle saura redonner la pleine force aux régions face aux deux pôles touristiques majeurs de Montréal et de Québec», évoque André Nollet, directeur général de Tourisme Mauricie.

Déjà des demandes du milieu touristique

Le secteur touristique de la région fonde de grands espoirs en la nouvelle ministre du Tourisme. Elle risque fort bien d'être courtisée au cours des prochains mois par certains désireux de la convaincre de soutenir financièrement les événements ou projets touristiques de la région. «J'ai énormément de projets sur la table et on ne voyait pas l'heure à Québec où on aurait du soutien. Avec une ministre qui connaît la Cité de l'énergie et qui sait qu'avec un dollar, on en produit deux, je pense qu'on est très choyé», affirme Robert Trudel.

Même son de cloche du côté du Festival western de Saint-Tite où la subvention de Québec stagne depuis 2012 alors que le budget de l'événement est en progression. «Il faut que le gouvernement du Québec, par son ministère du Tourisme, nous aide plus. Nous pourrons bonifier la programmation parce que c'est ce qui attire des gens chez nous», soutient M. Lafrenière.

«Toutes les nouvelles normes, notamment en sécurité, augmentent notre budget d'opération. Nous avons plus de charges, mais nous n'avons pas plus d'aide. Pour chaque dollar qui est investi dans l'événement, les gouvernements reçoivent 2,50 $. Il faut nous voir comme un levier de développement économique plutôt que comme une dépense.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer