Un premier développement résidentiel majeur à Grand-Mère en 30 ans

Le promoteur immobilier Mario Gélinas devant les terrains... (François Gervais)

Agrandir

Le promoteur immobilier Mario Gélinas devant les terrains de son nouveau développement résidentiel dans le secteur Grand-Mère.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Alors que le dernier grand projet domiciliaire réalisé dans le secteur de Grand-Mère remonte au début des années 80 avec le Domaine Laflèche, voilà que le promoteur immobilier Mario Gélinas amorce le développement de 172 terrains au nord de l'autoroute 55 et ce, grâce à un investissement qui frôle le million de dollars.

«Situé sur la 27e Avenue, avec accès par la 15e Rue, le Domaine Le Campagnard est maintenant officiel», a-t-il annoncé au Nouvelliste.

Pour la première phase, pas moins de 24 terrains sont disponibles, variant de 7000 à 20 000 pieds carrés. Quant aux infrastructures, soit la mise en place des conduites d'eau et la construction de la rue, elles seront prêtes pour juin 2016.

Sur une période d'une dizaine d'années, 120 terrains seront destinés aux maisons unifamiliales, 22 accueilleront des maisons jumelées et 30 auront une vocation d'immeubles à logements et / ou condos.

«La première étape est de faire le plan directeur qui, en gros, consiste à déterminer où seront situés les parcs, la piste cyclable, les boîtes postales, les bassins de décantation pour les eaux de pluie et le raccordement des services pour tout le développement», explique M. Gélinas.

Ensuite suivront les plans et devis, le projet d'emprunt et la construction des premières rues. Le service d'urbanisme émettra dès le mois de mai les premiers permis de bâtir.

«Souvent appelé la ville en campagne, le nouveau Grand-Mère est un secteur paisible, boisé et à proximité de tous les services (commodités et loisirs), facilement accessible par la 15e Rue et la 25e Rue», soutient-il tout en évoquant l'accès facile à l'autoroute 55 et la présence d'une piste cyclable.

Après trois ans de démarches et de négociations, celui-ci a obtenu le certificat d'autorisation du ministère de l'Environnement afin de gérer les zones humides et d'assurer des bandes de protection pour les ruisseaux.

«Ce secteur se veut un renouveau pour la ville, elle qui n'a pas été en mesure de fournir les terrains nécessaires aux personnes désirant se construire une nouvelle propriété dans cet environnement. La tâche revient aux promoteurs de créer ces nouveaux secteurs», conclut celui qui dit constater une nouvelle vitalité économique à Shawinigan.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer