De nouveaux locaux pour le programme Lancement d'une entreprise

Lors de l'inauguration des nouveaux locaux du programme... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Lors de l'inauguration des nouveaux locaux du programme Lancement d'une entreprise du Carrefour Formation Mauricie, on retrouvait Denis Lampron, directeur du Carrefour Formation Mauricie, Joanie Désilets, ancienne élève et propriétaire du café Les Mauvais perdants à Trois-Rivières, Jean-Yves Laforest, président de la Commission scolaire de l'Énergie, et Sandra Dessureault, enseignante et responsable du département de Trois-Rivières.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le programme Lancement d'une entreprise, offert par le Carrefour Formation Mauricie, a inauguré ses nouveaux locaux de Trois-Rivières jeudi. Les responsables de cette formation menant à une Attestation de spécialisation professionnelle (ATS) en ont profité pour présenter un nouvel outil intégré à la pédagogie, soit la «matrice du modèle d'affaires».

Sous l'égide de la Commission scolaire de l'Énergie, le programme Lancement d'une entreprise est offert à Shawinigan au Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins et à Trois-Rivières, désormais dans l'édifice de la Fédération des Caisses Desjardins au 2000, boulevard des Récollets.

Lancée à Shawinigan en 2007, la formation est proposée à Trois-Rivières depuis 2009. Au fil des années et même pendant une seule année, les lieux où se donnaient les cours se sont déplacés. «On se promenait d'un local prêté à l'autre. Nous sommes maintenant dans un milieu plus propice à l'enseignement de notre programme», indique Sandra Dessureault, enseignante et responsable de département pour le secteur de Trois-Rivières.

La formation d'une durée de 330 heures peut être suivie le jour ou le soir et s'étendre sur une période de 11 à 22 semaines selon la situation et les besoins de ceux à qui elle s'adresse, soit les gens d'affaires ou les futurs entrepreneurs. Environ 250 personnes s'inscrivent à chaque année dans le programme à Trois-Rivières et à Shawinigan et depuis 2007, on compte plus de 1000 diplômés.

Le modèle d'affaires

En évoquant le contenu de la formation, Sandra Dessureault parle avec enthousiasme de la formule du «modèle d'affaires», qui peut se substituer au traditionnel «plan d'affaires». Cette notion de «plan d'affaires» est essentielle aux futurs entrepreneurs qui doivent notamment convaincre des institutions financières ou des investisseurs de les soutenir.

«Le plan d'affaires est un document très linéaire, qui demande un grand effort de rédaction. Plusieurs personnes qui veulent se lancer en affaires sont des gens très manuels, passionnés par leur métier...», commence Mme Dessureault en insinuant qu'il peut être laborieux, voire décourageant pour certaines personnes de rédiger ce fameux plan d'affaires.

L'approche du «modèle d'affaires» est différente, tout en honorant les mêmes objectifs. «C'est une matrice très visuelle. On touche tous les aspects d'une entreprise, mais d'une façon beaucoup moins lourde, en faisant des liens immédiats. C'est un modèle qu'on commence à voir de plus en plus, et qu'on introduit dans notre matériel pédagogique», décrit Mme Dessureault.

Ce modèle prend en considération les segments de clientèle, les propositions de valeur de l'entreprise auprès du client, les canaux de communication et de distribution, les relations avec le client, le flux de revenus, la structure de coûts ainsi que les ressources, activités et partenaires clés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer