Aide à l'industrie forestière: de nouvelles mesures au budget?

Julie Boulet... (François Gervais)

Agrandir

Julie Boulet

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Toujours préoccupée par l'arrêt des activités à la scierie de Rivière-aux-Rats, la députée de Laviolette, Julie Boulet, souhaite que le prochain budget réservera des mesures pour rendre le coût de la fibre plus compétitif au Québec et plus particulièrement, en Mauricie.

Mercredi matin, elle a échangé sur ce sujet avec son collègue Carlos Leitão, ministre des Finances et conférencier invité à la Chambre de commerce et d'industrie de Trois-Rivières.

Le coût de la fibre au Québec, un irritant majeur pour les entreprises du secteur, pourrait faire l'objet de nouvelles mesures au printemps.

«Le ministère des Finances travaille très étroitement avec le Conseil de l'industrie forestière du Québec pour définir si le prix de la fibre est réellement trop élevé», commente-t-elle.

«Il faut aussi comparer des pommes avec des pommes, mais un travail très minutieux se fait actuellement. Pour le prochain budget, on va essayer de travailler très fort pour faire en sorte de donner des outils et des moyens à l'industrie forestière.»

La députée reconnaît qu'il existe un problème particulier en Mauricie pour l'acquisition de la ressource sur les terres publiques.

«Nous avons de vieilles forêts en Mauricie, où le sapin est de moins bonne qualité», explique-t-elle.

«Par contre, les forêts sont plus proches et les entreprises ont moins de dépenses d'opération pour la récolte. Il y a un défi pour tout le Québec et un défi particulier pour la Mauricie. En Mauricie, il existe une problématique sur le coût de la fibre, mais c'est très complexe comment c'est calculé.»

Mme Boulet rappelle qu'il s'agit d'un domaine qui emploie 60 000 personnes à travers la province, d'où l'importance de prêter une oreille attentive aux doléances du milieu.

«Dieu sait que dans mon comté, c'est la principale industrie», fait-elle remarquer.

«Avec un dollar très faible, c'est bon pour le marché de l'exportation, mais c'est moins bon quand il faut investir et moderniser l'entreprise. C'est le défi qu'ils ont pour les années à venir.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer