Perspectives 2016

Année déterminante pour plusieurs projets en Haute-Mauricie

Patrice Bergeron, le directeur du service de développement... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Patrice Bergeron, le directeur du service de développement économique et forestier (SDEF), et Normand Beaudoin, le maire de La Tuque.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Collaboration spéciale) Malgré les compressions gouvernementales qui donne du fil à retordre à l'organisation municipale et la fermeture de l'usine de Rivière-aux-Rats, l'économie latuquoise va bien selon le maire de La Tuque. L'année 2016 sera importante, voire décisive, pour des projets chéris par la Ville depuis un bon moment.

Évidemment, le projet de minicentrale Manouane Sipi trône dans le haut de la liste. Un projet qui a connu des hauts et des bas dans les dernières années. Normand Beaudoin est clair, ça passe ou ça casse en 2016.

«C'est l'année cruciale, ça marche ou ça ne marche pas. Les études ont été remises à jour et elles sont beaucoup plus précises, ça va nous donner les vrais chiffres. On pourrait presque s'en servir pour aller en appel d'offres. Maintenant, il y a l'acceptation des Atikamekws et le BAPE avant les appels d'offres. On en a encore pour un an environ avant que ce soit réalisé et avant la première pelletée de terre», a-t-il affirmé.

Le maire de La Tuque se rendra d'ailleurs à Wemotaci d'ici la fin du mois pour faire une présentation du projet aux membres de la communauté atikamekw. 

«C'est le même genre de présentation qu'on avait faite au Complexe pour les gens de La Tuque», a précisé Normand Beaudoin, qui croit fortement à la réalisation de la minicentrale.

Non loin derrière, le projet d'implantation de bioraffinerie forestière de dimension commerciale devrait lui aussi franchir une autre étape en 2016. Les dirigeants travaillent à boucler le financement de l'étude de faisabilité.

«C'est un groupe de 12 études spécifiques fait par plusieurs partenaires de recherche. On parle d'étude environnementale, d'étude d'approvisionnement, d'étude de marché, d'étude technico-économique...», explique Patrice Bergeron, le directeur du service de développement économique et forestier (SDEF).

«On veut conserver ces études-là. Si notre premier partenaire se désiste à la fin des études, on va quand même conserver la propriété intellectuelle pour pouvoir l'offrir à d'autres partenaires. C'est pour ça que la Ville va participer et qu'on demande au gouvernement provincial de participer», ajoute-t-il.

Des rencontres sont prévues entre des représentants du gouvernement et les investisseurs de la Finlande. Ces derniers devraient faire leur première visite à La Tuque cet été.

«Il y a une bonne écoute du gouvernement provincial et on sent les appuis. Ce n'est pas juste bon pour La Tuque. C'est bon pour tout le monde», a affirmé M. Bergeron. 

Rappelons que le projet Vision 2023 vise à mettre en place la première bioraffinerie forestière de dimension commerciale au Canada en utilisant la biomasse résiduelle issue des opérations forestières courantes qui sont réalisées sur le territoire de la Haute-Mauricie. 

Deux projets qui représentent des centaines d'emplois, des millions de dollars d'investissement et des revenus très intéressants pour La Tuque.

Il y a d'autres dossiers qui devraient avancer en 2016. Patrice Bergeron estime que le projet de résidences pour personnes âgées des Bâtisseurs est également très important pour le développement économique de la région.

«Outre le fait de donner un service supplémentaire à nos personnes âgées, c'est un outil de développement économique très important pour la municipalité. On parle d'une quarantaine d'emplois. On ne crée pas ça toutes les semaines à La Tuque», souligne-t-il.

«S'ils suivent l'échéancier, la construction devrait débuter au mois de septembre», a ajouté le maire.

La relance de l'industrie forestière sera également au coeur des actions du maire. Le projet du lac Saint-Louis, le projet des technologies de l'information, la rivière Saint-Maurice et le développement minier font également partie du plan de développement économique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer