Perspectives 2016

Un port trifluvien extensible...

L'année 2016 sera fort occupée pour le président-directeur... (François Gervais)

Agrandir

L'année 2016 sera fort occupée pour le président-directeur général de l'APTR, Gaétan Boivin.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Déjà, à lui seul, le site du port de Trois-Rivières se veut impressionnant par son étendue. Pourtant, l'Administration portuaire ne cesse de repousser les limites de son terrain de jeu, avec de nouveaux espaces d'entreposage sur la rue Bellefeuille, ce qui amène son président-directeur général, Gaétan Boivin, à rêver à une véritable zone industrialo-portuaire quand il parcourt les environs.

Or, ce concept fait justement partie du plan d'action 2015-2020 de la Stratégie maritime du Québec. Et c'est d'ailleurs à Trois-Rivières que le gouvernement provincial avait annoncé une enveloppe de 200 millions $ pour soutenir les investissements dans les infrastructures de transport maritime.

«Au cours des prochaines semaines, on va mettre carte sur table pour tirer avantage de la Stratégie maritime, ayant accès à des fonds pour des infrastructures portuaires et un parc industrialo-portuaire. On a un rôle clé là-dedans. On a la chance d'avoir un port et, enfin, une stratégie pour mettre l'infrastructure en valeur», a-t-il commenté.

En attendant de profiter de cette nouvelle manne québécoise, le port de Trois-Rivières s'apprête à vivre une année intense en matière d'investissements pour la phase 2 de son plan stratégique Cap sur 2020.

En effet, pas moins de 35 millions de dollars, tirés des coffres de l'Administration portuaire, seront injectés dans la modernisation des installations en 2016 et «il va rester un 15 millions $ à mettre en 2017 en équipements de manutention par les utilisateurs», indique le pdg. Notons que l'an dernier, le fédéral avait confirmé une contribution maximale de 16,3 millions de dollars.

«On a beaucoup de travail à compléter. On devra mettre en marché cette capacité supplémentaire dans le port pour continuer notre croissance d'ici quelques années», poursuit M. Boivin, qui parle de 2016 comme d'une année charnière.

Ainsi, la démolition de l'ancien Hangar 13 pavera la voie cette année à un nouveau terminal multifonctionnel, avec la reconstruction des quais 13 et 14. En plus de bonifier de 23 000 mètres carrés l'espace d'entreposage extérieur à quai, la construction de cette installation devrait créer plus de 300 emplois directs et indirects tandis que l'exploitation du terminal permettra la création d'environ 70 emplois.

Par ailleurs, les nouveaux hangars 16 et 24 ont déjà été livrés tandis que le hangar 25 devrait être complété au cours des prochaines semaines. 

Déjà, en février, Gaétan Boivin veut déclencher un processus d'évaluation environnementale pour les quais 21, 22 et 23, histoire, dit-il, de «sauver une couple d'années» le moment venu. «On veut simuler un projet avec le plus d'impacts sur l'environnement», explique-t-il.

À plus court terme, ce dernier souhaite régler le dossier du hangar numéro un qui fait l'objet de plusieurs projets. Les propositions de différents promoteurs sont actuellement à l'étude, de même que des montages financiers. Car, prévient-il, la transformation des lieux coûtera «plusieurs dizaines de millions de dollars».

«On ne peut pas le prendre comme un élément seul du développement du waterfront. Et si on est pour aller dans l'immobilier au port, que ce soit commercial, résidentiel ou autre, on doit y réfléchir comme il faut», conclut celui qui prône une vision plus globale du développement de la bande riveraine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer