Perspectives 2016

Pleins feux sur Nemaska Lithium et le Digihub

Le DigiHub est prêt pour passer à la... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le DigiHub est prêt pour passer à la vitesse supérieure.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Cette année, le maire de Shawinigan, Michel Angers, s'attend à des retombées très concrètes du projet Nemaska Lithium et du DigiHub. Pour lui, il s'agit des deux initiatives qui devraient susciter le plus d'enthousiasme dans la communauté économique en 2016.

L'ancienne usine de Produits forestiers Résolu du secteur... (Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

L'ancienne usine de Produits forestiers Résolu du secteur Grand-Mère sera désormais occupée par Nemaska Lithium, une entreprise sur laquelle le maire Michel Angers fonde de grands espoirs.

Stéphane Lessard

Le maire s'est prêté au jeu d'établir un «palmarès d'optimisme» par rapport à une liste de projets en cours, soumise par Le Nouvelliste. Il devait déterminer lesquels, selon les informations dont il dispose actuellement, risquaient de susciter le plus de retombées positives dès 2016.

Toujours associé étroitement au développement économique de Shawinigan, Michel Angers a décidé de prendre de nouvelles responsabilités en présidant les conseils d'administration du Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins et du DigiHub. Il occupait déjà les fonctions de porte-parole de la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan et du comité de diversification économique.

Nemaska Lithium

La première phase du projet industriel sur l'ancienne papeterie de Produits forestiers Résolu consistera en l'aménagement d'une usine pilote, mais pour le maire, il s'agira d'un signal concret très important pour la communauté shawiniganaise.

«On fonde énormément d'espoir sur ce dossier», convient-il. «Il va se passer de l'activité en 2016. C'est prometteur et si ça va à la hauteur de ce qu'on pense, on va voir atterrir quelque de fort intéressant.»

«Ça donne aussi un message, un signal important», ajoute-t-il. «De la mort de PFR ressuscite une entreprise de la nouvelle technologie. Nemaska sera une élément déclencheur vers autre chose.»

La première phase doit entraîner la création d'une vingtaine d'emplois.

DigiHub

Michel Angers est conscient qu'il s'est mis la tête sur la bûche pour le développement du carrefour du numérique à Shawinigan. En prenant lui-même la présidence, il veut imposer un pas de croissance et de prospection au cours des prochains mois pour que le deuxième étage de l'ex-Wabasso fourmille de petites entreprises prometteuses.

«On va se lancer dans le démarchage», explique M. Angers. «Ce sera le coeur de notre travail. On veut que Shawinigan soit reconnue comme le troisième pôle du numérique au Québec. Nous allons mettre énormément d'emphase là-dessus. La mariée est prête, on va maintenant lui trouver quelqu'un!»

CGI

La multinationale illustre, elle aussi, la transformation du tissu économique que Shawinigan doit faire. Elle célébrera son premier anniversaire au centre-ville au printemps. CGI assure qu'elle respecte son rythme afin que 300 personnes travaillent à ce centre d'excellence d'ici 2018. L'entreprise compte actuellement une cinquantaine d'emplois.

«La croissance de CGI me sourit énormément», mentionne M. Angers. «Ça roule bien! Une vingtaine de communautés travaillent là. Notre centre d'excellence respecte le rythme de croisière qui avait été indiqué. Ça attire plusieurs familles de l'extérieur.»

Marina

Une partie du site de l'ancienne papeterie doit être consacrée à l'aménagement d'une marina, un projet très cher à l'administration municipale pour le développement récréotouristique de la rivière Saint-Maurice. Michel Angers s'attend à une annonce positive en 2016.

«Il y aura assurément des développements», avance-t-il. «Des actions sont déjà posées. Nous avons des opportunités avec des partenaires privés, avec comme condition que les Shawiniganais aient accès à l'eau gratuitement. Nous avons un des plus beaux endroits au Québec et je ne veux pas rater mon coup.»

Centre-ville

Après avoir investi une quinzaine de millions de dollars au centre-ville pour la réfection des infrastructures et les travaux d'embellissement, les visiteurs seront-ils au rendez-vous en 2016? Le maire de Shawinigan en semble convaincu.

«Après deux ans de travaux, c'est un moment important», convient M. Angers. «Des gens mettent beaucoup d'emphase sur la finition du haut, mais c'est le sous-sol qui a coûté extrêmement cher! On n'a pas fait une cure de beauté, on a remplacé des infrastructures qui avaient doublé leur durée de vie.»

«Je m'attends à une affluence importante dès l'été prochain», ajoute-t-il. «Déjà, je sais que le mois qui a suivi l'ouverture de la 5e Rue a été fantastique. Nous travaillons aussi avec la corporation culturelle et l'office de tourisme pour qu'il y ait des activités.»

Centre fiscal

Michel Angers hésite à s'avancer au sujet du Centre fiscal du secteur Shawinigan-Sud. Pas qu'il ne sente pas de vibration positive pour le moment, mais surtout parce que l'évolution de ce dossier échappe à sa volonté.

Il souhaite évidemment une confirmation des travaux de réfection d'une cinquantaine de millions de dollars, qui consolideraient ces emplois essentiels pour Shawinigan. «Si le gouvernement confirme que le centre fiscal est là pour longtemps, le reste n'est pas si important. Les gens travaillent, ils ont leur emploi. Mais c'est difficile de savoir si ces travaux se feront dès 2016. Si ça se confirme, ce dossier pourrait monter en première place!»

Surprise?

Évidemment, le maire travaille sur plusieurs autres dossiers qui ne se retrouvent pas encore sur l'écran radar public. Des surprises en 2016? «J'ai deux beaux dossiers, en particulier», avance-t-il. «Il y a une possibilité qu'on voit apparaître quelque chose d'intéressant.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer