De l'aide pour éclairer les PME

De gauche à droite: Kevin Pott, de Cinetic... (François Gervais)

Agrandir

De gauche à droite: Kevin Pott, de Cinetic Communication, Marie-Pier Matteau, directrice générale de la CCITR, Florence Pauquay de L'Appui Mauricie, Sarah Tanguay-Milot, chargée de projet et le ministre Jean-Denis Girard.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) On connaissait déjà la conciliation travail-famille, mais la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières a décidé de s'impliquer dans un projet de conciliation travail et vie personnelle qui devrait intéresser toutes les petites et moyennes entreprises de son territoire.

Le marché du travail a évolué, au Québec. Les femmes y sont aussi présentes que les hommes tandis que la population en âge de travailler commence à diminuer. Il y a des pénuries de main-d'oeuvre dans certains métiers et professions. Les travailleurs d'aujourd'hui sont souvent pris en sandwich entre l'éducation de leurs enfants et leur rôle de proches aidants envers leurs parents vieillissants ou malades.

«Il peut y avoir une forme d'épuisement psychologique reliée au fait d'accompagner ses parents. Ce n'est pas reconnu. On n'en parle pas, de ça», fait valoir la directrice générale de la Chambre, Marie-Pier Matteau. «Aller chez le dentiste avec nos enfants, ça, ça passe, maintenant, mais ça ne fait pas des années», illustre-t-elle. «Lorsqu'on parle d'une tante ou d'un parent, on se rend compte que les gens sont isolés», fait-elle valoir.

Mais il y a aussi les gens qui veulent continuer à travailler et accomplir néanmoins des choses en dehors de leur travail, par exemple s'entraîner pour des compétitions sportives ou faire des études universitaires ou de la formation continue.

Le ministre délégué aux Petites et moyennes entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional, Jean-Denis Girard, a annoncé, mercredi, un investissement de 111 000 $ d'Emploi-Québec qui sera complémentaire à un investissement de 57 314 $ de la part d'Appui Mauricie et de la Chambre.

Ces sommes seront employées pour embaucher pendant trois ans une ressource à temps plein qui sera dédiée aux entreprises, explique Marie-Pier Matteau.

L'Alliance des Chambres de commerce de la Mauricie va aussi être une ambassadrice du projet.

C'est Sarah Tanguay-Milot qui été choisie comme chargée de projet en conciliation travail-vie personnelle en Mauricie. Elle aura le mandat d'aller tout à fait gratuitement à la rencontre des entreprises afin de les conseiller sur la façon de réaliser cette conciliation.

«Ça fait un peu peur aux employeurs», fait valoir Mme Matteau. Ils ont l'impression que ça va peut-être nuire à la productivité. Il faut leur faire la démonstration inverse», dit-elle.

Selon elle, cette conciliation apporte à la fois de l'équité et un meilleur contrôle dans l'entreprise. «Ils en font de toute façon», plaide-t-elle.

Le projet consiste donc à sensibiliser les dirigeants des PME, à consulter leurs employés et à «leur démontrer que des fois, ça ne prend pas grand-chose pour créer de l'attrait et de la rétention de la main-d'oeuvre ou faire en sorte que les gens soient heureux et se sentent considérés», fait valoir Mme Matteau.

Selon la directrice «on a beaucoup d'entreprises qui sont présentement en urgence d'agir, mais qui ne trouvent pas le temps».

La conciliation travail-vie personnelle peut passer par des horaires flexibles ou par des journées de vacances prises de façon éparpillée au lieu d'être consommées d'un seul bloc.

«Au gouvernement, nous avons perçu les avantages économiques et sociaux que peuvent retirer les entreprises de la région grâce à ce projet», a indiqué hier le ministre Jean-Denis Girard. La subvention octroyée «va permettre de promouvoir les avantages liés à la conciliation travail-vie personnelle», dit-il.

«Grâce à ce programme, les PME vont pouvoir se concentrer sur leur développement en sachant qu'elles peuvent compter sur les travailleurs et les travailleuses et les soutenir à long terme», dit-il.

«La formation représente beaucoup de temps et des coûts importants pour nos PME. En réduisant le taux de rotation du personnel, nos PME pourront augmenter leur productivité et leur rentabilité», prévoit le ministre Girard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer