Angers devient président du DigiHub

Michel Angers... (Olivier Croteau)

Agrandir

Michel Angers

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'heure des récoltes a sonné au DigiHub de Shawinigan et le maire, Michel Angers, veut être aux premières loges pour donner l'impulsion nécessaire à la station du numérique pour que les attentes soient comblées.

Mardi soir, à la séance régulière du conseil municipal, les élus ont adopté une résolution qui place le maire à la présidence de cette organisation, succédant ainsi à la conseillère du district de la Rivière, Nancy Déziel.

M. Angers profite de la volonté de sa collègue de se décharger de quelques dossiers pour mieux attaquer les défis qui se présentent au Centre national en électrochimie et en technologie environnementale. Compte tenu de cet élément et de l'importance de la prochaine année pour le DigiHub, le maire de Shawinigan décide d'ajouter cette tâche à un agenda déjà bien garni.

«Nancy est débordée à la direction générale du CNETE», explique-t-il. «Elle devait faire des choix. Quand elle m'en a parlé, j'ai pensé que je pourrais y être. Nous avons mis énormément d'argent là-dedans et j'ai une vision bien précise de ce que je veux.»

La décision n'a pas été annoncée en séance publique hier soir, mais M. Angers confirme qu'il prendra également la présidence du Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins, présentement occupée par Luc Arvisais, responsable de la division du développement économique à la Ville. Deux conseils d'administration distincts seront maintenus, mais M. Angers prévoit quelques changements et une volonté que les deux entités embrassent une orientation commune. Il est prévu que M. Arvisais garde un siège au conseil d'administration du CEAD.

«Nous avons de belles perspectives, particulièrement au DigiHub et on veut accélérer le tout», résume le maire. «Nous avons un joyau entre les mains et on veut le faire de la bonne façon.»

M. Angers convient qu'il aurait pu confier ces mandats à un autre conseiller municipal, mais il a profité de la période des Fêtes pour réfléchir à la relève et il en est venu à la conclusion qu'il désirait occuper cette place.

«C'est plus un désir de ma part de m'y attacher de façon plus serrée», explique-t-il. «Je suis le porte-parole de la communauté entrepreneuriale, du comité de diversification économique. Je suis à la tête de plusieurs organisations économiques et le navire amiral de la Ville pour son avenir, c'est le centre d'entrepreneuriat. Je me disais donc que j'avais un peu de temps, de leadership à mettre là-dedans. Les gens s'attendent à ce que je donne un coup de barre additionnel et c'est ce que je vais faire.»

Débordée

Le conseil municipal avait également annoncé le départ de Nancy Déziel de deux comités culturels en novembre. La conseillère souligne que son emploi lui promet beaucoup de défis cette année, d'où ces décisions déchirantes.

«J'ai des projets spéciaux au CNETE qui vont demander mon attention, notamment avec le dossier de Nemaska», explique-t-elle. «C'est un très gros projet pour nous. Le DigiHub prenait jusqu'à deux journées par semaine. Ça m'a demandé beaucoup de réflexion, parce que je ne suis pas le genre à laisser des projets en plein milieu et je l'ai à coeur. Je suis super fière des résultats obtenus depuis un an, avec notamment une soixantaine d'emplois. C'est un peu à regrets, mais je n'aurais pas été en mesure de mettre le temps nécessaire.»

Mme Déziel fait remarquer qu'elle siège toujours sur une dizaine de conseils d'administration et sur de nombreux comités à l'hôtel de ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer