Taux de chômage à 7,3 %

Après un «gel» de quatre mois à 6,9 pour cent, le taux de chômage a grimpé de... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Après un «gel» de quatre mois à 6,9 pour cent, le taux de chômage a grimpé de 0,4 point en décembre 2015 dans la région métropolitaine de recensement de Trois-Rivières pour se situer à 7,3 pour cent. Il s'agit d'une hausse de 0,7 pour cent par rapport à décembre 2014.

Malgré cette augmentation, l'agglomération trifluvienne se tient loin du titre de capitale québécoise du chômage détenu par Montréal (8,7 %), qui est suivi de Saguenay (7,5 %).

En Mauricie, le taux de chômage a toutefois dépassé la barre du 10 pour cent (10,2 %), ce qui représente un bond de 1,4 point par rapport à novembre 2015. Pour le mois correspondant en 2014, le taux était de 7,9 pour cent.

Si le taux d'emploi était de 56,4 pour cent dans la RMR de Trois-Rivières, il n'était que de 51,2 pour cent pour l'ensemble de la région.

Au pays, le taux de chômage est demeuré inchangé à 7,1 pour cent en décembre. L'emploi a connu une légère hausse, soit de 22 800 (+0,1 pour cent). Et selon Statistique Canada, cette augmentation s'explique surtout par le travail à temps partiel. C'est que si on a enregistré 29 200 emplois de plus au pays en décembre, on a également vu disparaître, pendant la même période, 6400 emplois à temps plein.

Au Québec, pour le cinquième mois consécutif, ces statistiques ont peu bougé, le taux de chômage n'ayant augmenté que de 0,3 point de pourcentage pour atteindre 7,8 pour cent, du fait d'une hausse du nombre de personnes à la recherche de travail. En décembre, 349 300 Québécois étaient comptés comme chômeurs. Et la province a enregistré 12 700 emplois de plus qu'en novembre, à comparer aux 34 900 emplois supplémentaires en Ontario.

Les chiffres de décembre révèlent qu'il y avait plus de personnes travaillant dans le secteur des soins de santé et de l'assistance sociale, les services d'enseignement ainsi que dans la finance, les assurances, l'immobilier et la location. Parallèlement, l'emploi a diminué dans les services d'hébergement et de restauration ainsi que dans l'agriculture.

Le nombre de travailleurs autonomes a augmenté en décembre, tandis que celui des employés des secteurs public et privé a connu peu de variation. L'emploi a augmenté chez les personnes âgées de 55 ans et plus, mais il a peu varié dans les autres groupes démographiques.

L'étude de Statistique Canada, publiée vendredi matin, revient également sur l'année 2015. Au cours des 12 mois ayant pris fin en décembre, la hausse de l'emploi s'est chiffrée à 158 000 ou à 0,9 pour cent, soit un taux légèrement supérieur à celui de 0,7 pour cent enregistré aussi bien en 2013 qu'en 2014.

C'est le secteur des ressources naturelles qui a été le plus touché par les pertes d'emploi. Le niveau d'emploi dans ces industries a diminué de 6,8 pour cent en 2015, après la chute du prix du pétrole. Pendant ce temps, le secteur manufacturier, qui a pu bénéficier de la faiblesse du dollar canadien, a enregistré une augmentation de 2,1 pour cent, l'an dernier.

Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer