Le cofondateur des Bières de la Nouvelle-France Marc Lessard s'éteint

Le cofondateur des Bières de la Nouvelle-France et... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le cofondateur des Bières de la Nouvelle-France et de la Ferme du même nom, Marc Lessard.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Sainte-Angèle-de-Prémont) Onde de choc sur le territoire de la MRC de Maskinongé en cette fin d'année 2015. Le cofondateur des Bières de la Nouvelle-France et de la Ferme du même nom, Marc Lessard, est décédé en début de semaine à l'âge de 58 ans. À la fin des années 90, il avait déjà été touché par la maladie.

«On avait démarré ensemble la microbrasserie en 1998», raconte Louis Lessard, du Baluchon, par rapport à son ami de l'époque, devenu par la suite son beau-frère et partenaire d'affaires jusqu'à ce que leurs chemins se séparent en 2005 pour une question de concept.

Propriétaire des Bières de la Nouvelle-France avec sa conjointe Martine Lessard (soeur de Louis), Marc Lessard déménage l'entreprise à Saint-Alexis-des-Monts avant de démarrer, quelques années plus tard, la Ferme de la Nouvelle-France à Sainte-Angèle-de-Prémont. La mairesse de cette dernière localité, Barbara Paillé, a préféré ne pas commenter la triste nouvelle, par respect pour les proches.

«C'était un passionné qui avait une bonne vision. Il aura marqué la région en termes de tourisme et de terroir», témoigne Louis Lessard.

Celui-ci se rappelle comment la création des Bières de la Nouvelle-France était directement reliée à la Ville de Louiseville et son Festival de la Galette de Sarrasin. Une aventure qui aura pris forme à la suite des intentions d'un promoteur belge de construire une première microbrasserie en région.

Pour sa part, le préfet de la MRC de Maskinongé, Robert Lalonde, s'est dit «très surpris» d'apprendre le départ soudain de Marc Lessard.

«Je savais qu'il était malade, mais c'est toujours une chose qui te surprend et qui te renverse», a confié le maire de Saint-Léon-le-Grand.

Même s'il ne touchait pas directement aux dossiers comme président d'un organisme tel que le CLD, ayant une équipe pour le faire, celui qui a assumé cette fonction admet qu'il connaissait tout de même «très bien» Marc Lessard. 

«C'est sûr que lorsqu'il se présentait au CLD, c'est qu'il avait besoin d'aide. Mais c'est lui qui avait premièrement l'idée. C'était une personne pleine d'idées, très curieuse, ce qui est très important quand on est un industriel. Quand on pense à un entrepreneur, c'est à un gars comme ça qu'on pense. Il avait des idées, il les fouillait, il les travaillait, il les façonnait et il les réalisait. C'était un couple qui cherchait ces choses-là», ajoute M. Lalonde, faisant allusion au duo formé de Marc et Martine.

Selon le préfet de la MRC de Maskinongé, «on a besoin de ces entrepreneurs dans des endroits ruraux comme les nôtres. Ça crée des choses, ça va chercher de l'information». «C'est une perte», laisse-t-il échapper.

Reconnu pour carburer aux défis, Marc Lessard était non seulement un entrepreneur et un développeur d'idées, mais, aussi, un musicien. En effet, il avait joué de la musique folklorique et traditionnelle de 1975 à 2000 avec Les Ouines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer