Ruée vers le gym: une offre diversifiée

À la formule traditionnelle de la ronde des... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

À la formule traditionnelle de la ronde des équipements et appareils spécialisés à laquelle se soumet le disciple à la motivation renouvelée, s'est ajoutée une kyrielle d'activités destinées aux mêmes fins, soit d'améliorer la condition physique.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gary Frost

Gary Frost est directeur des services aux consommateurs à l'Office de la protection du consommateur.

Le Nouvelliste

Si vous faites partie de la légion de consommateurs repentants qui, après avoir commis quelques abus de table au cours de la période des Fêtes, se sont promis, selon la formule consacrée, de se reprendre en main, vous aurez l'embarras du choix tant l'offre des centres de conditionnement physique s'est diversifiée au fil du temps. Pour les fervents de l'effet d'entraînement que procurent les séances de groupe comme pour les tenants du cheminement personnel, l'offre de service s'adapte aux goûts et tendances du jour.

Offre diversifiée

D'abord, nous assistons depuis quelques années à l'élargissement du spectre horizontal de l'offre, caractérisé par une grande variété de disciplines. À la formule traditionnelle de la ronde des équipements et appareils spécialisés à laquelle se soumet le disciple à la motivation renouvelée, s'est ajoutée une kyrielle d'activités destinées aux mêmes fins, soit d'améliorer la condition physique. 

C'est ainsi que vous pourrez opter pour des activités d'intensité variable offertes par les centres d'entraînement: crossfit, zumba, séances de vélo stationnaire à haute intensité et autres stratégies destinées à accroître la forme physique. Quant au spectre vertical de l'offre, on peut noter le développement récent de formules à bas prix comportant un minimum de services où l'on réclame même dans certains cas une petite somme pour une douche. À l'autre bout du spectre, des consommateurs opteront plutôt pour des équipements et des services de plus haute gamme et auront recours à des services professionnels de nutritionnistes ou d'instructeurs personnels. Il y en a donc pour tous les goûts et toutes les bourses.

Même régime

Malgré la diversité de l'offre, il demeure que tous ces centres d'entraînement sont assujettis aux mêmes règles. En effet, selon la définition de la Loi sur la protection du consommateur (LPC) un studio de santé est un établissement qui fournit des biens ou des services destinés à aider une personne à améliorer sa condition physique par un changement dans son poids, le contrôle de son poids, un traitement, une diète ou de l'exercice.

Ainsi, la LPC prévoit des règles simples concernant les contrats d'abonnement, les modalités de paiement et les règles de résiliation. En résumé, outre l'exigence de se munir d'un permis, un commerçant exploitant un studio de santé ne peut percevoir le coût de l'abonnement en moins de 2 versements. Plusieurs centres offrent d'ailleurs de payer l'abonnement par mensualités, ce qui est avantageux pour le consommateur qui réduit d'autant les risques découlant de déroutes. Quant au droit des consommateurs de résilier leur abonnement en cours de route, la LPC prévoit un délai qui correspond à 1/10 de la durée de l'abonnement. Pour un abonnement d'une durée d'un an par exemple, un consommateur peut annuler dans un délai de 37 jours.

Dans ces circonstances, le commerçant ne peut exiger du consommateur le paiement d'une somme supérieure à un dixième du prix total prévu au contrat. Une fois ce délai dépassé, le consommateur peut s'appuyer sur les dispositions du Code civil qui prévoit que le consommateur peut résilier un contrat de service en considération du paiement de dommages au commerçant.

Roulement important

Assurez-vous que le centre sur lequel s'arrêtera votre choix est bien titulaire d'un permis en règle délivré par l'Office de la protection du consommateur. Il importe de mentionner qu'à ce permis est associée une protection financière qui permet d'indemniser les consommateurs en cas de cessation des activités du centre de conditionnement.

Les déconfitures sont relativement fréquentes dans ce secteur d'activité alors que bon an, mal an, pour un nouveau venu dans le marché, on note un peu moins d'un studio de santé qui ferme ses portes. C'est pourquoi il importe de prévenir les coups en ne payant pas l'abonnement en un seul versement et en s'assurant de s'abonner auprès d'un centre ayant un permis en règle.

Gary Frost est directeur des services aux consommateurs à l'Office de la protection du consommateur

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer