Centre d'expertise d'Hydro-Québec: «énorme déception»

Jean-Denis Girard... (Olivier Croteau)

Agrandir

Jean-Denis Girard

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) On a beau être à quelques jours de Noël, le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, ne fait pas de cadeau au ministre responsable de la Mauricie, Jean-Denis Girard, parlant d'une «énorme déception» à son endroit au sujet d'un centre d'expertise d'Hydro-Québec.

Donald Martel... (François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Donald Martel

François Gervais

«Je n'ai pas entendu une fois Jean-Denis Girard sur ce dossier-là. Et s'il est ministre, c'est qu'il s'est fait connaître chez nous comme président de la Chambre de commerce, par ses bonnes interventions engagées pour défendre la centrale nucléaire», a-t-il confié en entrevue au Nouvelliste.

Selon M. Martel, le ministre délégué aux PME a un rôle de leader à exercer dans la région. «Il faut qu'il apprenne que ça vient avec le titre», poursuit-il, lui faisant remarquer que les emplois créés sur la rive sud bénéficient à la Mauricie.

Proposée initialement par le Syndicat professionnel des ingénieurs d'Hydro-Québec, la création d'un centre d'expertise régional sous l'égide de la société d'État est toujours réclamée par le représentant de la CAQ, et ce, même si ce scénario fut officiellement écarté par Hydro-Québec en début d'année.

«Deux ans après la fermeture de Gentilly-2, on n'a pas réglé le problème de 70 ingénieurs, malgré deux fois l'aval unanime de l'Assemblée nationale et une rencontre avec les gens d'Hydro-Québec cet été», déplore-t-il.

Pendant ce temps, souligne M. Martel, la société d'État accorde des dizaines de millions de dollars de contrats à des firmes d'ingénierie.

Lors de son entretien avec les hauts dirigeants d'Hydro-Québec, le député provincial a senti une ouverture du côté de la direction des ressources humaines, «mais plus de fermeture au niveau d'Hydro Production».

«Je m'attendais à ce qu'il y ait une proposition pour maintenir et créer un minimum d'emplois. On pourrait commencer le centre d'expertise avec la moitié des ingénieurs disponibles, et prendre de l'expansion», suggère-t-il.

Interpellé à ce sujet, le ministre Girard a soutenu que la société d'État «travaille pour reclasser les gens». «C'est Hydro-Québec qui doit répondre à la question», a-t-il précisé.

Inquiétude autour du FLI

Par ailleurs, Donald Martel apprenait récemment qu'une contrainte administrative pourrait empêcher les CLD d'autoriser des prêts dans le cadre du Fonds local d'investissement (FLI) et ce, à partir de janvier 2016. En effet, chaque année, le ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations doit reconduire son entente de gestion avec les CLD ou les MRC. Or, cela n'avait pas encore été fait en date du 16 décembre dernier.

«Ce retard administratif inquiète aussi les directeur généraux et les administrateurs des CLD, et même les agents du ministère qui ont déjà sensibilisé leurs directions régionales à ce sujet», fait remarquer le politicien.

Ce dernier se dit très préoccupé par cette situation, étant donné qu'un grand nombre d'entreprises comptent sur ces prêts pour mettre en marche ou soutenir des projets d'investissements qui, dit-il, peuvent avoir des impacts majeurs dans les communautés.

«Le gouvernement libéral réalise-t-il qu'il génère de l'incertitude et menace ainsi le développement économique dans les régions du Québec? L'incertitude n'est jamais une bonne chose pour nos entrepreneurs», a-t-il avancé, tout en se disant conscient que le FLI a fait l'objet de recommandations importantes de la part du Vérificateur général et que des améliorations sont souhaitables, notamment en ce qui concerne la reddition de compte. 

Mais pour Donald Martel, la disparition du FLI serait tout simplement inacceptable. Il demande donc au ministre de l'Économie, des Innovations et de l'Exportation, Jacques Daoust, de prendre rapidement toutes les mesures nécessaires pour que les CLD partout au Québec puissent continuer d'autoriser les prêts en 2016.

«Aux organismes de développement économique, je dis de ne pas s'inquiéter», a simplement conclu le ministre Girard, informé de la problématique par Le Nouvelliste.

Partager

À lire aussi

  • <em>Où est Donald?</em>

    Opinions

    Où est Donald?

    Samedi dernier, Le Nouvelliste publiait un article dans lequel Donald Martel, le député de Nicolet-Bécancour (CAQ), exprimait son «énorme... »

  • Centre d'expertise: ouverture d'Hydro-Québec

    Économie

    Centre d'expertise: ouverture d'Hydro-Québec

    Après avoir dénoncé l'inertie du ministre Jean-Denis Girard dans le dossier d'un centre d'expertise d'Hydro-Québec, le député caquiste de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer