Scierie de Rivière-aux-Rats: Champagne visite les travailleurs

François-Philippe Champagne s'est rendu à La Tuque lundi... (Stéphane Lessard)

Agrandir

François-Philippe Champagne s'est rendu à La Tuque lundi pour rencontrer les travailleurs de la scierie de Rivière-aux-Rats.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Collaboration spéciale) Le député fédéral de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne, s'est rendu à La Tuque, lundi, pour s'assurer que les travailleurs de la scierie de Rivière-aux-Rats, qui perdront leur emploi à la fin de la semaine, aient accès aux services fédéraux rapidement.

«C'est Noël pour tout le monde. Ces gens-là doivent être traités avec beaucoup de considération. Je me suis assuré ce matin (lundi), en parlant avec les gens de Service Canada, que les services et les effectifs étaient en place, surtout avec la demande accrue de chômage qu'on pense avoir. C'est ce que l'on m'a assuré», a souligné le député François-Philippe Champagne.

Celui qui a visité la scierie dans les derniers mois a également voulu comprendre la décision prise par Résolu. 

«Il faut comprendre pour mieux agir. Je comprends qu'il y a des enjeux au niveau de la fibre, et d'autres enjeux connus. Il y a des gestes qui devront être posés à moyen terme et à long terme. L'industrie de la forêt c'est important, ici, au Québec, et au pays», a-t-il mentionné.

M. Champagne promet de garder un oeil sur le dossier, même s'il soutient que c'est principalement de juridiction provinciale.

Par ailleurs, le député de Saint-Maurice-Champlain s'est rendu, en fin d'après-midi lundi, sur les lieux où les ossements de Cédrika Provencher ont été découverts la semaine dernière.

«J'y vais pour témoigner de notre soutien dans cette tragédie. C'est important pour la communauté, élus et non-élus, de se rassembler. [...]  Il faut mettre nos énergies, nos efforts, nos prières pour essayer de trouver le coupable de cet acte-là.

Je me dis au moins que la famille va enfin pouvoir vivre son deuil. C'est maintenant au tour des autorités de faire leur possible pour trouver l'auteur de ce crime-là», a lancé M. Champagne.

«Si le gouvernement fédéral peut faire quoi que ce soit pour faciliter ou compléter ce qu'il se fait, évidemment que j'ai offert mon soutien. On va être au rendez-vous», a-t-il ajouté.

Bureau à La Tuque

Le député fédéral a maintenant un bureau à La Tuque. Bien qu'il ne soit pas encore meublé, il est accessible. Le bureau est situé devant le Centre Service Canada dans les bureaux au Conseil de la nation Atikamew, au Carrefour La Tuque.

«Ça démontre notre amitié avec la communauté Atikamew. C'était important aussi d'être près de Service Canada parce que nos services sont très complémentaires», a conclu M. Champagne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer