Voyager l'esprit tranquille

Sous les palmiers, les voyageurs ne jouissent pas... (La Presse)

Agrandir

Sous les palmiers, les voyageurs ne jouissent pas tous du même niveau de protection.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gary Frost

Gary Frost est directeur des services aux consommateurs à l'Office de la protection du consommateur.

Le Nouvelliste

(Collaboration spéciale) Bien que l'hiver tarde à se montrer le bout du flocon, il y a fort à parier que la période de congé qui s'annonce tout de même constituera pour plusieurs une occasion de mettre les voiles - métaphoriquement bien entendu - pour s'offrir une escapade dans le sud ou qui sait, pour les skieurs désoeuvrés, vers une station hivernale de choix.

C'est ainsi que selon leurs préférences, les voyageurs se rendront chez leur agent de voyages ou sur leur site web pour s'informer des meilleures offres et conclure une transaction. D'autres choisiront de transiger directement avec les fournisseurs de services touristiques tels que transporteur aérien, hôtelier, établissement de location d'automobiles, etc.

Pas tous égaux devant la Loi

Selon le cas de figure cependant, tous ne jouiront pas du même niveau de protection quant aux centaines voire aux milliers de dollars consacrés à leur évasion vers d'autres cieux. Seuls les voyageurs qui transigent par l'intermédiaire d'une agence de voyages titulaires d'un permis en règle bénéficient de la protection financière instituée par la Loi sur les agents de voyages (LAV).

Le Fonds d'indemnisation, une protection financière

Que vous achetiez via leur site Internet, par téléphone ou en personne, le fait de transiger avec un agent de voyage titulaire d'un permis d'exploitation délivré par l'Office de la protection du consommateur vous assure de bénéficier de la protection financière que procure le Fonds d'indemnisation des clients des agents de voyages (FICAV).

Pièce maîtresse du dispositif de protection financière des voyageurs, le FICAV est un fonds destiné à indemniser les voyageurs lorsque survient une des deux situations suivantes: fermeture de l'agence de voyages; transport, hébergement ou autres services touristiques non reçus.

Le fonds pourrait également fournir les sommes nécessaires pour un départ immédiat ou un rapatriement si vous êtes déjà à destination au moment où survient une avarie. 

Ce fonds, créé en 2004, est entièrement capitalisé à l'aide des contributions des clients des agents de voyages détaillants du Québec. Ces contributions sont identifiées clairement sur les factures remises aux consommateurs. Le montant de la contribution correspond  actuellement 0,1 % de votre facture soit 1,00 $ pour chaque tranche de 1 000 $ de services touristiques achetés d'un agent de voyages détaillant au Québec.

Lorsque c'est l'agence de voyages qui cesse ses activités, un administrateur provisoire est rapidement appelé à prendre la relève. Il s'assure dans un premier temps de faire voyager les voyageurs dont le départ est imminent et voit au rapatriement des voyageurs qui sont déjà à destination. Il s'assure ensuite de procéder à la fermeture ordonnée de l'agence et de rembourser les voyageurs touché par la déroute du fournisseur de services. 

Il faut noter enfin que les voyageurs qui se procurent un billet directement d'un transporteur ou des services touristiques directement d'un fournisseur sont exclus de la protection que procure le Fonds. Pour en savoir plus : voyagezbienprotege.gouv.qc.ca 

Gary Frost est directeur des services aux consommateurs à l'Office de la protection du consommateur

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer