Conflit chez Delastek: manifestation d'appui mardi

Le piquet de grève est maintenu par les... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le piquet de grève est maintenu par les travailleurs syndiqués de Delastek.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Plus de 300 travailleurs provenant d'usines syndiquées avec Unifor seront à Shawinigan mardi midi afin de démontrer leur solidarité envers les employés syndiqués de l'usine Delastek en grève depuis le 1er avril.

Des membres de ce syndicat de Montréal, de Québec, du Lac-Saint-Jean, de l'Outaouais et de la Mauricie débarqueront à Shawinigan pour prendre part à une grande manifestation d'appui qui s'annonce animée. Une contribution financière sera versée dans le fonds de grève des travailleurs de Delastek.

«On a fait une présentation de la situation de Delastek au dernier conseil québécois d'Unifor, le 28 novembre, à Québec. Les syndicats locaux ont décidé de fournir de l'argent et Unifor va égaliser le montant. On va remettre plusieurs milliers de dollars», annonce Luc Deschênes, représentant national d'Unifor.

Cet appui massif fera assurément du bien aux grévistes, eux qui sont sur le piquet de grève depuis plus de huit mois. Selon M. Deschênes, le moral des troupes demeure bon malgré le fait que les négociations progressent à pas de tortue, selon lui.

«Ça stagne. Depuis que le commissaire Gagnon (Raymond, juge administratif de la Commission des relations du travail) a dit au mois d'août que l'employeur était de mauvaise foi dans les négociations, on a eu six rencontres en conciliation, mais ça n'avance pas. L'employeur demeure sur sa position.»

Le point d'achoppement demeure le travail effectué entre l'équipe non syndiquée qui oeuvre à la recherche et au développement chez Delastek et l'équipe syndiquée qui s'occupe de la production.

«On veut mieux départager le travail entre la recherche et le développement et le travail en production. Pour l'employeur, tout est du R&D. Ce n'est pas toujours du R&D. Il faut régler ça avant un retour au travail», ajoute M. Deschênes, en précisant que deux rencontres de conciliation auront lieu en janvier.

Unifor fait de nouveau appel à la CRT pour dénoncer la présence d'une dizaine d'employés qualifiés de briseurs de grève par le syndicat, mais considérés comme des gens affectés à la recherche et au développement par la direction de l'entreprise. D'après M. Deschênes, le syndicat est poursuivi par la direction pour outrage au tribunal. Le syndicat aurait retardé le passage d'un camion, lui qui fait l'objet d'une injonction lui interdisant de tels agissements.

Claude Lessard, président de Delastek, préfère ne pas commenter la situation actuelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer