Après le Startup Weekend, le Hackathon!

Alexis Huard a eu l'idée d'organiser un premier... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Alexis Huard a eu l'idée d'organiser un premier Hackathon à Shawinigan, les 30 et 31 janvier.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'entreprise SIM ajoute une brique à la volonté de Shawinigan de construire une communauté d'affaires tournée vers les nouvelles technologies en organisant, les 30 et 31 janvier, un premier Hackathon au sous-sol de ses locaux de la 5e Rue.

Un audacieux projet mené par Alexis Huard, architecte de systèmes chez Cognibox, une solution de gestion et de conformité pour les sous-traitants. Il a lancé l'idée à la fin juillet et en septembre, un comité a été formé pour organiser ce rendez-vous.

«J'ai participé à quelques événements du genre lors de mon passage à Montréal», explique le jeune homme de 26 ans. «Je trouvais que c'était une façon moderne de rendre Cognibox visible auprès des gens qui travaillent dans cette sphère. C'est un format amical, qui dégage beaucoup d'énergie. Ça m'a épaté!»

Concrètement, une centaine de participants sont attendus en matinée le 30 janvier, seuls ou en équipes.

«Nous allons présenter quelques défis pour les 36 prochaines heures», raconte M. Huard. «Les gens devront choisir sur quoi ils veulent travailler. L'objectif d'un Hackathon, c'est de régler un problème. Nous allons donc proposer quelques projets et après, on commence à coder!»

Une présentation suivra et chaque équipe sera évaluée pour savoir si elle a résolu le problème auquel elle s'est attaquée, de la façon la plus efficace et la plus originale possible.

Pas plus tard que les 21 et 22 novembre, le Digihub accueillait la première édition du Startup Weekend à Shawinigan. L'événement organisé par SIM reprend le concept d'ébullition d'idées dans une très courte période de temps, mais il s'adresse à une communauté plus spécifique, celle des technologies de l'information.

«Le Hackathon vise à régler un problème, explique M. Huard. Le Startup Weekend vise à débuter une entreprise. C'est là où on fait une différence. Si quelqu'un veut simplement contribuer à sa communauté en développant un outil amusant, sans se lancer en affaires, c'est la place!»

Originaire de Shawinigan, ce jeune architecte de systèmes a étudié à Sherbrooke avant de revenir dans sa ville natale. Il travaille chez SIM depuis février seulement. Pour Chantal Trépanier, présidente et directrice générale de l'entreprise, il s'agit d'un cheminement qui illustre ce que Shawinigan souhaite faire pour garder et attirer des jeunes.

«Nous voulons contribuer à créer un écosystème en technologies de l'information», lance-t-elle. «C'est un moyen de donner une visibilité à notre plate-forme, mais aussi d'attirer une faune TI. On fait un investissement important pour cet événement. Nous avons mis je ne sais combien d'heures de travail, nous faisons une tournée des universités, des cégeps.»

Mme Trépanier souhaite qu'en attirant ces jeunes cracks de l'informatique, certains puissent être séduits par Shawinigan et les possibilités d'emplois offerts localement dans ce domaine.

«Nous avons tous des défis de recrutement de main-d'oeuvre», rappelle-t-elle. «C'est un moyen d'attirer des étudiants de l'extérieur. On pense qu'au moins la moitié des participants viendront de l'extérieur de la région. Les gens peuvent voir un potentiel de venir travailler dans le coin.»

«À Shawinigan, nous avons accès à des trucs qui sont à la fine pointe de la technologie», souligne M. Huard. «Nous pouvons suivre Montréal, Québec, San Francisco! Nous avons les mêmes outils qu'eux.»

L'événement se déroulera au sous-sol de l'immeuble, où le propriétaire, Gestion I.B.L., vient de compléter un important investissement pour transformer l'endroit en... centre de congrès !

Cette compétition couronnera une équipe gagnante qui se méritera une bourse de 5000 $ de la Financière Banque Nationale. Les deuxième et troisième places seront aussi récompensées.

Si tout se déroule comme prévu, Mme Trépanier souhaite faire de cet événement un rendez-vous annuel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer