Moins de sirop d'érable en 2015

Le système de gestion de l'offre permet de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le système de gestion de l'offre permet de maintenir les prix, bon an mal an, grâce à une réserve stratégique de 60 millions de livres de sirop.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ross Marowits
La Presse Canadienne
Montréal

La production de sirop d'érable au Canada a connu cette année une deuxième baisse consécutive à cause du printemps tardif - et le phénomène climatique El Niño risque de ne pas arranger les choses l'an prochain.

Le courant chaud saisonnier en provenance du Pacifique Sud risque d'avoir un impact sur plusieurs ressources dont le sirop d'érable, prévient Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politiques agroalimentaires au Food Institute de l'Université de Guelph, en Ontario.

Le réchauffement de la température causé par El Niño aurait donc un impact direct sur le Québec, premier producteur mondial de sirop d'érable, mais aussi sur l'Ontario, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et les États américains voisins comme le Vermont et New York.

À la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, on se montre cependant plus optimiste et on regarde au loin. Paul Rouillard, directeur général adjoint, rappelle que sur plusieurs décennies, si des producteurs installés plus au sud peuvent souffrir d'une hausse momentanée des températures, d'autres, plus au nord, connaîtront à l'inverse de très bonnes années.

La fédération québécoise, qui regroupe 7300 acériculteurs, demande l'autorisation d'ajouter 2,5 millions d'entailles aux 43 millions de chalumeaux existants. Le système de gestion de l'offre permet de maintenir les prix, bon an mal an, grâce à une réserve stratégique de 60 millions de livres de sirop.

La production aux États-Unis a aussi été réduite l'an dernier par un printemps particulièrement court, mais on ignore encore quel effet pourrait avoir El Niño la saison prochaine. Matthew Gordon, directeur de l'Association des acériculteurs du Vermont, demeure lui aussi très prudent. Il rappelle qu'El Niño influence la météo en hiver, mais a moins d'impacts sur les variations de température printanières, propices à l'écoulement de la sève - du gel la nuit, mais du dégel le jour.

La production canadienne de sirop d'érable a chuté de 6,1% le printemps dernier, à 8,9 millions de gallons, indique Statistique Canada. La valeur de la production totale a alors atteint 358 millions $, contre 380 millions $ en 2014 et un sommet record de 408 millions $ en 2013.

Le Québec demeure le champion canadien, comptant pour plus de 90% de la production nationale, mais cette production a quand même baissé de 5,8% cette année par rapport à 2014, indiquait Statistique Canada mercredi.

Le mauvais temps dans certaines régions du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse a aussi été responsable de baisses de production dans ces provinces - les troisième et quatrième plus importants producteurs canadiens après l'Ontario, où la production est demeurée stable.

En dépit de ces baisses de production, les ventes et les exportations de sirop d'érable ne cessent d'augmenter depuis cinq ans, rappelle Paul Rouillard. La faible valeur du dollar canadien devrait encore stimuler les exportations vers les États-Unis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer