Sous la barre du dollar le litre

Le prix de l'essence à la pompe était... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le prix de l'essence à la pompe était sous la barre du dollar le litre à cette station-service de Sainte-Anne-de-la-Pérade. Denis Devost et Rachel Moreau en ont profité pour faire le plein.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Alors que les cours du pétrole restent proches de leurs plus bas niveaux depuis 2009 dans un marché toujours envahi par le pessimisme sur l'excès d'offre et les doutes sur la demande, les automobilistes de la région commencent à profiter de cette tendance à la baisse, à l'approche des Fêtes, avec un prix à la pompe qui vient de chuter sous le seuil psychologique du 1 $ le litre à certains endroits, comme à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Le prix moyen de l'essence ordinaire à la... (Sylvain Mayer) - image 1.0

Agrandir

Le prix moyen de l'essence ordinaire à la pompe s'élevait jeudi à 1,024 $ le litre en Mauricie.

Sylvain Mayer

«On l'espère que ce soit retourné aux automobilistes, mais on ne peut pas le savoir. Tout dépend comment le marché va continuer à se comporter. Ça fluctue énormément. On n'est pas à l'abri d'un mouvement qui fasse relever les choses», a prévenu Anne-Sophie Hamel, porte-parole chez CAA-Québec.

Jeudi, le cours du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en janvier perdait 40 cents à 36,76 dollars américains sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), après être tombé trois jours de suite au plus bas niveau de clôture d'un contrat de référence depuis près de sept ans. 

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a largement contribué à la chute du marché en renonçant à établir des objectifs chiffrés de production, malgré la surabondance générale dans le monde.

Jeudi, le prix moyen de l'essence à la pompe s'élevait à 1,024 $ le litre en Mauricie, alors qu'il était sous la barre du 1 $ à Sainte-Anne-de-la-Pérade et à près de 0,98 $ pour les membres de Costco. Selon les barèmes de CAA-Québec, il s'agit d'un niveau supérieur au prix réaliste de 1,016 $. Au Centre-du-Québec, le prix à la pompe observé était justement de 1,016 $, mais son prix réaliste est aussi inférieur, soit 0,987 $.

Selon Mme Hamel, le prix de l'essence de la région centricoise est parmi les plus bas au Québec. «Le volume est plus grand et la position est très avantageuse, avec le corridor Montréal-Québec», explique-t-elle.

D'ailleurs, après avoir dénoncé les disparités régionales des prix de l'essence plus tôt cette année, le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, avait pris la peine de mener sa propre enquête pour démontrer que le prix de l'essence est «la plupart du temps» plus élevé à Trois-Rivières, Bécancour et Nicolet qu'à Drummondville.

Selon lui, le prix de l'essence était dans ces trois villes «4 cents par litre plus cher en moyenne en 2012, 5 cents de plus en 2013,  6,3 cents de plus en 2014 et 5,1 cents de plus pour les six premiers mois de 2015». «En outre, on a établi que le prix de l'essence avait été plus élevé d'au moins 4 cents à Trois-Rivières qu'à Drummondville dans 60 % du temps», a-t-il rappelé, même si les deux régions ont affiché des prix similaires au cours des derniers jours. 

Si le politicien a fait allusion à une sortie prochaine de la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec sur le sujet, la directrice générale de l'organisme, Martine Pépin, dit vouloir comprendre «d'où vient cette disparité et pourquoi cette fluctuation-là» avant de traiter le dossier publiquement. «On est en train de regarder ça avec la Fédération des chambres de commerce du Québec», a-t-elle fait savoir.

Pour le professeur en économie de l'UQTR, Frédéric Laurin, la présente baisse du prix de l'essence à la pompe donne effectivement plus d'oxygène aux consommateurs et transporteurs de la région. «Mais là où ça nous affecte, c'est au niveau des finances fédérales, avec une péréquation plus faible», a-t-il souligné.

Selon le spécialiste, la situation actuelle s'explique par toutes sortes de raisons géopolitiques. «Ce n'est pas nécessairement un signe que l'économie va mal», a tenu à indiquer M. Laurin.

Fait à noter, lors du creux des cours du pétrole en décembre 2009, le prix de l'essence ordinaire se vendait à 0,996 $ le litre en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer