Après une relance, Sommex ferme ses portes

Normand Ricard, fondateur et président de Sommex.... (François Gervais)

Agrandir

Normand Ricard, fondateur et président de Sommex.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La relance de Sommex aura duré un peu plus de deux ans. Le fabricant de matelas du secteur Cap-de-la-Madeleine cesse ses activités en raison de la difficulté de ce marché en Amérique du Nord. Une trentaine de travailleurs perdent leur emploi à la suite de la faillite de la compagnie.

Normand Ricard avait racheté l'entreprise qu'il avait fondée en 1973. Jeudi midi, la direction a rencontré les employés pour leur dire que l'aventure prenait fin.

«On n'a pas réussi à atteindre une rentabilité de façon stable. Depuis 10 jours, j'étais en négociations avec mon banquier pour renouveler ma marge de crédit, mais la banque exigeait que je mette plus d'argent. Quand je suis revenu à la tête de la compagnie, ce n'était que pour les emplois. Mais en même temps, je m'étais donné une limite d'investissement et je l'ai atteinte. C'est une faillite», déclare l'homme d'affaires maintenant âgé de 70 ans.

Le président de la compagnie déclarait dans Le Nouvelliste du 25 mai 2015 que la survie de Sommex était une bataille qui n'était pas gagnée. La compagnie avait réussi à faire grimper le chiffre d'affaires de 16 à 22 millions de dollars et espérait pousser cette croissance jusqu'à 25 millions de dollars.

La difficulté du marché avait alors été énoncée par M. Ricard. Près de six mois plus tard, c'est cette raison qui est à l'origine de l'instabilité du niveau de rentabilité de Sommex.

«On pensait pouvoir atteindre le niveau de rentabilité cet été et on n'était pas loin. Ça n'a pas fonctionné, car le marché n'est pas là. Les quatre plus grandes compagnies de matelas au Canada sont maintenant deux. Ces compagnies contrôlent le marché et mettent le prix qu'ils veulent. Si on avait eu les ventes, on aurait des profits et on serait toujours là.»

Comme le précise le Bureau du surintendant des faillites du Canada, le bilan financier fait état de passifs totalisant 6 367 406 $. Selon M. Ricard, les actifs de la compagnie en comptes recevables et en inventaires s'élèvent à environ 4,5 millions de dollars.

«Je suis fier de ce qu'on a fait. J'ai racheté l'entreprise il y a 30 mois pour sauver les emplois. On a donné 30 mois de plus de travail aux employés. Ma plus grand peine est de ne pas avoir réussi», raconte celui qui souligne l'appui des différents organismes de développement économique ayant participé à cette relance.

Normand Ricard a fondé Sommex en 1973. Il a vendu sa compagnie en 2003 au groupe Spring Air Partners pour prendre sa retraite. C'est justement un retour à la vie de retraité qui attend l'homme d'affaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer